Accueil > Thématiques > Alternatives, émancipations, communisme > Toutes les contributions

Problématique de l’atelier "Quels acteurs de la transformation sociale ?"

vendredi 5 mai 2006

Texte de problématique pour l’atelier E "Quels acteurs de la transformation sociale ? La portée des luttes actuelles les plus symboliques. Diversité, nouvelle pluralité - unité. Mouvements, ONG, forums, réseaux, associations, syndicats, partis... et émancipation."

Le débat politique n’implique plus uniquement, comme il y a quinze ou
vingt ans encore, les partis politiques - censés alors être les seuls
porteurs de projets de société - et, marginalement et le plus souvent
comme forces d’appoint, les syndicats.

Les grandes mobilisations de ces dernières années - de la lutte contre
l’AMI, il y a dix ans, jusqu’aux récentes manifestations contre le CPE,
en passant par les divers forums sociaux - ont mis en évidence des
phénomènes apparemment contradictoires : un relatif retrait des partis
politiques, qui par certains aspects peut être mis en rapport avec le
retrait de l’État voulu par le libéralisme, et, simultanément, une
densification de l’espace politique avec l’émergence de nouveaux
acteurs, notamment les associations de lutte et plus généralement les ONG.

Des campagnes comme celle pour le non au référendum sur le TCE ont
ainsi vu se constituer de nouvelles configurations et alliances,
associant organisations structurées (partis, syndicats, associations,
etc.) et réseaux divers.

Au plan international, la dernière décennie a vu des initiatives
largement unitaires comme les forums sociaux renouveler les modes de
débat et d’intervention des forces de transformation sociale. De
nombreux pays, notamment en Amérique du Sud, ont mis en cause l’ordre
international ancien et les rapports de domination qui le caractérisent.
Les partis politiques d’un côté, les syndicats et le mouvement
associatif de l’autre, ont développé de nouvelles formes de relations
internationales.

Tout cela a eu des effets à la fois sur le contenu des revendications et
sur les formes et les modalités des mobilisations et des actions.

Où en est-on aujourd’hui de cette évolution ? Comment les divers acteurs
du mouvement social la perçoivent-ils ? Quel est l’effet sur la manière
de penser la transformation sociale ? Quelles articulations nouvelles
entre l’individuel et le collectif, entre le national et le local d’une
part, l’international d’autre part ?

Espaces Marx, 6 av Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19 | T: +33 (0)1 42 17 45 10 | F: +33 (0)1 45 35 92 04 | Mentions légales | Rédaction | Plan du site | Contact Suivre la vie du site RSS 2.0