Accueil > Thématiques > Alternatives, émancipations, communisme > Toutes les contributions

Contribution pour une société progressiste et humaniste

mercredi 17 mai 2006, par Jean-Claude Villame

« Lutte des classes ! » Quelle actualité ? Thèmes - Groupes - Personnes.

La culture et la coutume révolutionnaires du vingtième siècle, furent basées sur l’idée politique de la lutte des classes, opposant capitalistes (propriétaires des moyens de productions) et ouvriers (salariés des entreprises privées). Les ingénieurs, techniciens et autres couches intermédiaires n’étaient que les alliés objectifs des seconds ; idem pour les travailleurs et les producteurs des autres secteurs.
Le manichéisme d’identification de l’appartenance à l’une de ces deux classes était simple et l’opposition entre elles relativement claire. Trop sans doute à partir des années 70..
Je simplifie cette introduction, qui n’est que l’accroche de départ.

Le thème central de la lutte des classes résidait essentiellement entre les termes antinomiques : exploiteur / exploité. Ayant participé activement à cette lutte des classes sur le plan syndical et politique, mes repères étaient forts et bien pragmatiques, même si ma qualité « d’allié objectif » n’était pas toujours facile à vivre.

Aujourd’hui, si notre société est toujours composée de personnes aux intérêts divers (plus variés aussi) souvent opposés ou radicalement antagonistes, les sujets de lutte et les regroupement de personnes ne manquent pas.

Notre société s’enfonce dans une crise de civilisation sans précédent. L’exacerbation des conflits ne peut que s’amplifier alors que l’identification des personnes d’intérêts antagonistes n’est pas toujours évidente.

Thèmes de conflits

Pour les cerner je retiens quelques définitions simples à partir d’un bon dictionnaire. Ce qui permet d’aborder le thème de classes (catégories) et d’approcher d’une notion « lutte des classes ». A prendre en compte aujourd’hui, dans le cadre d’un projet philosophique, politique progressiste et humaniste.

Exploiteur : Personne ou groupe qui exploite des catégories ou classes laborieuses à son profit, c’est-à-dire tire les bénéfices d’une situation ou de la sensibilité de quelqu’un.

Ne pas confondre avec : Exploitant (industriel - agricole - artisan).

Prédateur : Etre qui se nourrit des ressources des individus de la même espèce.

Parasite : Personne qui vit au dépens de ... (Parasitisme)

Profiteur : Tire un avantage matériel ou moral d’une situation...

Spoliateur : Dépossède par la ruse ou la force.

Usurpateur : Prend par la ruse ou la force.

Trafiquant : Commerce illicite (Arme, drogue, objet, personne, service).

Trafic d’influence (morale, charme, transformation de..)

Voleur : s’approprie, prend, trompe indûment (trompe dans une transformation ou une transaction).

Pouvoir - (Dirigeant) : Emprise sur (quelqu’un, groupe, classe, état, pays, chose..).

**

Honnêteté : Qui ne cherche pas à s’approprier le bien d’autrui ou à faire des profits illicites.

Humanisme : Valorise l’homme et l’esprit humain
Ne pas confondre avec : Humanitaire - humanitarisme (prescription d’expédients inefficaces)

**

Synthèse

Parmi les qualités naturelles (indépendantes de toute civilisation) de l’homme, pour vivre ou survivre, le versant « prédateur » est plus important que le versant « altruisme et générosité ».

A l’état naturel, en moyenne, à travers le temps et l’espace terrestre, le versant prédateur l’emporte sur le versant altruisme. Indépendamment de toute philosophie, c’est un constat historique. Constat dont peut découler une base philosophique (Thomas More, Giordano Bruno : « L’homme est un loup pour l’homme », Karl Marx, Lénine...).

La loi du plus fort, du plus rusé, du plus habile est naturelle.

L’altruisme exige nécessairement des efforts individuels et collectifs induits par le fait de vivre en société, le fait du vivre ensemble. Il sera d’autant plus réalisable si une organisation humaniste du vivre ensemble s’en préoccupe et le privilégie.

N’y a-t-il pas là, le fondement de la lutte des classes ? Une lutte humaniste de classes inévitable et continue, comme facteur de paix sociale. Comme le sont la République une et invisible, et la laïcité institutionnelle...

Le critère de synthèse « honnêteté » regroupe l’ensemble des autres critères abordés.
Il peut être retenu comme le plus perspicace : la classe des citoyens honnêtes en conflit avec la classe des prédateurs et parasites ! Ceci, non comme jugement moral mais comme état de fait.

Or comment différencier les uns des autres ?

De quelles appartenances relèvent-ils : catégories, milieux, couches, cultures ?

Comment les regrouper en catégorie, classe...

Avec l’éclatement de la société, les intérêts infinis de chacune des personnes la composant, l’individualisme est de plus en plus exacerbé dans ce monde dominé par la loi du plus fort.

La loi du plus fort est conduite, organisée ou utilisée par le versant « prédateur » de personnes, groupes, clans, communautés, partis, églises, entreprises, lobbies, élus, puissances financières, étatiques, technocratiques ou morales...

La « lutte humaniste des classes » est intrinsèquement à mener chez chaque individu - citoyen, comme dans chaque catégorie ou classe. Elle n’est possible que dans une construction humaniste de la société... On ne peut faire l’économie d’un projet de civilisation humaniste, progressiste et révolutionnaire.

Les porteurs d’un tel projet constitueraient la classe progressiste ; ils inciteraient à l’émancipation de la majorité des hommes - citoyens, en menant la lutte contre tout groupe ou lobby dont le but ou l’action est de s’approprier le bien d’autrui ou à faire des profits illicites (malhonnêteté définie ci-dessus).

Les porteurs d’un tel projet sont répartis dans tous les groupes sociaux. Car aucune « classe » n’a le monopole du bon versant de la nature humaine ; les enquêtes sociologiques le démontrent.

Reste à créer celle qui pourra revendiquer être cette classe et rassembler ses membres autour d’un projet humaniste à rédiger d’urgence.

Ces membres ne sont-ils pas les femmes et les hommes qui se réclament de l’humanisme, du communisme et du socialisme. Ceux qui dans leurs diverses options et leurs diverses catégories sociales, ont œuvré à la victoire du « NON à l’€urope », le 29 mai 2005 ?

Ne serait-ce pas ces femmes et ces hommes, qui rassemblés dans une gauche progressiste, seraient aptes à entraîner de nombreuses autres personnes, sur leur projet humaniste et progressiste ?

Ne serait-ce pas là, la lutte des classes la plus pertinente aujourd’hui ?

Jean-Claude Villame, Albertville

Site Internet : http://jcvillame.free.fr (Physique - Cosmologie— Philosophie)

Espaces Marx, 6 av Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19 | T: +33 (0)1 42 17 45 10 | F: +33 (0)1 45 35 92 04 | Mentions légales | Rédaction | Plan du site | Contact Suivre la vie du site RSS 2.0