Accueil > Thématiques > Forum social Européen d’Athènes

bilan No Vox sur le FSE Athènes 2006

mardi 20 juin 2006

Une délégation No Vox composée d’une quarantaine de personnes s’est rendue à Athènes pour la tenue du 4ème Forum Social Européen. Plusieurs mouvements étaient présents avec le réseau NoVox : Agir Ensemble contre le Chômage !, Droit Au Logement, Comité Des Sans Logis, Droits Devant !, Marches Européennes, Droit Paysan, Solidariedade Immigrante
et Direito à Habitaçao Portugal, Vamos, Solidarité Nouvelle Belgique, Stop Précarité, Génération Précaire, MIB, revue Agone - quartier St Gilles Belgique.

Le FSE d’Athènes a permis de renforcer la participation et la
visibilité des « sans », des chômeurs, des précaires, des migrants et de leurs mouvements de lutte de base. Des liens ont pu se tisser avec des mouvements de plusieurs pays européens, des Balkans, de Turquie et de Russie. Cette présence a été obtenue grâce à une mobilisation importante du réseau, à toutes les étapes de préparation du forum.

Cependant, elle n’est pas acquise pour les prochains forums et nous devons rester vigilants afin que les « sans voix » puissent organiser un espace de parole, de solidarité et de convergence entre et avec d’autres luttes.

L’espace NoVox / Vamos : auto-geré au sein du forum

Un espace thématique de 150 m2 s’est tenu à l’intérieur du forum social, auto-organisés par le réseau NoVox et Vamos, relié au réseau migration du Forum Social Européen. A travers une réflexion politique et technique sur l’espace thématique et grâce à une mobilisation importante du réseau, la convergence des luttes a pu être possible.

A travers une exposition permanente de photographies et la réalisation de 6 documentaires, les questions portées par le réseau NoVox ont été visibles :
- du droit au logement en France, au Portugal, en Guyane, au Japon, en Italie, de la re-appropriation de la terre et des auto-constructions, des bidonchamps des travailleurs migrants dans l’agriculture dans le
sud de la France et de l’Espagne,
- du droit à un revenu, du droit à un emploi et du droit à la mobilité, sur les mobilisations européennes des sans, précaires et chômeurs, les actions des stagiaires depuis quelques mois en France,
- sur les conditions d’accueil et de détentions des migrants notamment en France et en Italie,
- des actions du réseau NoVox durant les précédents forums sociaux mondiaux et européens et des manifestations anti-G8.

Nous avons rencontré des difficultés pour projeter nos documentaires.
Toutefois, nos réalisations ont pu être présentées aussi bien au moment des séminaires qu’au lieu alternatif dit « l’autonomous playground ».
Nous devons pour autant garantir dans le processus des forums des espaces de projection adaptés afin que le documentaire filmique devienne un outil pertinent et politique pour les débats.

Nous sommes satisfait qu’ait eu lieu pour la première fois dans un forum social un espace thématique. Nous devons cependant rester vigilants pour que ces espaces occupent une place centrale dans le forum et se distinguent clairement de ceux réservés aux partis politiques.

La participation du réseau NoVox doit être entendue comme un moyen pour les « sans » et leurs mouvements de lutte de base de se ré-approprier l’espace du forum social et de faire entendre leur voix aussi bien en tant que témoin qu’acteur des alternatives en construction.

L’aire Précarité, pauvreté, exclusion : transversalité des luttes

Au début du processus de préparation du FSE, un appel a été lancé par le réseau NoVox en lien avec Caritas Europe pour rendre visible les questions sociales liées à la « précarité - pauvreté - exclusion ». Une aire thématique à part entière a été retenue dans le FSE permettant d’associer un certain nombre de séminaires portés par des mouvements de lutte et de résistance quelque soit leur sensibilité. Trois idées
fortes ont structuré cet axe :

- faire participer les personnes en situation de précarité, de pauvreté, de relégation sociale, économique, culturelle et civique en donnant une large place au témoignage, aux pratiques et au savoir-faire des acteurs et actrices vivant ces situations de précarité,
- ne pas accepter pour ces personnes la « double exclusion » :
exclusion de la société et exclusion des forums : le forum a la responsabilité politique de construire et favoriser le lien entre les couches moyennes et les couches plus pauvres de la société,
- sortir du forum avec une initiative forte.

Plusieurs séminaires ont donc pu se tenir, abordant de manière transversale les questions cruciales au coeur des luttes portées les mouvements du réseau NoVox.

1. Luttes et résistances dans les banlieues

Deux séminaires ont porté sur ces questions à travers des témoignages de militants d’AC !, du MIB, des bidonvilles en Turquie. La faible mobilisation des Grecs sur ces questions là n’a pas permis d’élaborer des convergences et des propositions communes. Cependant, pour la première fois dans un forum social européen, à travers les événements
récents survenus en France, la question des banlieues et des formes de révoltes, de résistances, de répressions et de criminalisation des pauvres a été posée en tant que telle dans les séminaires.

2. Rencontre des mouvements de lutte pour le droit au logement

Ce séminaire a permis de traiter de nombreux aspects des luttes menées autour de la question du logement et de l’habitat en Europe : lutte et répressions des habitants de bidonvilles à Istambul et au Portugal, mobilisations contre la privatisation du logement et les victimes du
système mafieux en Russie, luttes contre les démolitions de logements sociaux et la spéculation immobilière en France, en Belgique, lutte des saisonniers agricoles dans le sud de la France et de l’Espagne et pour le droit à l’auto-construction.

Il a été convenu d’organiser une journée de mobilisations locales et si possible unitaires vers le 2 octobre, (date de la journée mondiale de l’habitat) pour revendiquer le Droit au logement pour tous, l’arrêt de la privatisation des logements et espaces publics, l’arrêt de la spéculation, et des expulsions et destructions de quartiers populaires.
Il a été soulevé l’expérience Ecossaise, où le Droit au logement “opposable”, c’est à dire pour chacun et chacune, est en cours de réalisation.

3. Assemblée des chômeurs et précaires en lutte

Les deux séminaires sur la précarisation de l’emploi en Europe et sur les luttes contre la précarité ont rassemblé une douzaine de délégations de différents pays européens, Belges, Italiens, Grecs, Allemands, Français, Basques, Turcs, Hongrois, Russes... et ont mis en évidence la montée dans tous les pays, à des degrés divers, de la précarité de l’emploi : partout de 50 et plus souvent 70 à 85 % d’embauches en contrats temporaires, qui deviennent la seule perspective offerte aux jeunes. Travail au noir et travail informel
important dans certains pays (Grèce, Pays Basque, Théssalonique), extrême paupérisation en Russie. La stratégie de Lisbonne de flexibilisation de l’emploi se déploie partout. Des luttes et des grèves importantes se développent dans plusieurs pays (contre le CPE en France, contre les lois Hartz en Allemagne en 2005, contre le projet d’annuler le salaire minimum pour les jeunes embauchés en Grèce, en
Belgique contre le plan d’activation des chômeurs....). Mais ces luttes ne sont pas coordonnées. La plupart des participant(e)s ont plaidé pour la constitution d’une coordination européenne contre la précarité pour lancer des actions et campagnes coordonnées et élaborer des revendications de niveau européen.

Cette proposition a été faite par les Euromarches lors de l’Assemblée européenne des chômeurs et des précaires en lutte. Il s’agit de permettre aux réseaux existants de se coordonner, notamment lors des Assemblées préparatoires du FSE. Les Euromarches ont également proposé une Marche en juin 2007 jusqu’à Heiligendam (près de Rostock au Nord de
l’Allemagne) lors du G8.

Génération précaire, également présent à ce forum, a voulu rencontrer, échanger et sensibiliser à la nécessité d’une mobilisation générale à l’échelle européenne. Très tôt sollicités par des stagiaires d’autres pays et conscients que la précarisation de la jeunesse était un phénomène européen, le collectif Génération Précaire a lancé l’initiative Génération P, visant à fédérer tous ceux qui s’inquiètent
de la place désormais faite aux jeunes sur le marché du travail. En effet, que ce soit en Allemagne, en France, en Italie, en Espagne au Portugal et ailleurs, les jeunes sont de plus en plus contraints d’accepter des formes précaires d’emploi : stages, temps partiels imposés, CNE, CDD, collaborations, etc., qui ne leur permettent ni de
s’émanciper, ni de faire des projets concrets pour leur avenir, ni de subvenir à leurs frais de vie quotidiens. Au-delà de la question particulière des stagiaires, Génération P appelle tous les collectifs européens sensibles à la précarité des jeunes et des moins jeunes à se
réunir pour que la question de leur insertion professionnelle soit véritablement prise en considération et que cesse la surenchère d’emplois toujours plus précaires.

En conclusion, convergence du constat, urgence d’une riposte
coordonnée, mais tout le travail d’élaboration de propositions et de solutions alternatives reste à faire.

4. Assemblée Générale des « sans » :

L’AG des « sans » organisée à chaque forum permet la rencontre entre les mouvements de base qui luttent sur le plan local, régional et national. La projection du film de Frederick Vanard montrant 3 années de construction du réseau à travers les forums sociaux européens et mondiaux a permis d’introduire la discussion.

Plusieurs constats ont été faits :

- La rencontre entre des mouvements de Turquie, de Croatie et de Russie,
- le réseau s’est considérablement développé et notamment à travers les mouvements de lutte du logement. Cet aspect pose l’obligation d’être attentif au développement des autres mouvements de lutte autour des questions d’emploi / revenu et migration,
- le développement rapide du réseau pose aujourd’hui la question de son fonctionnement dans un souci de préserver l’élaboration collective et la place qu’il occupe dans les forums sociaux,
- nécessité de mettre en place des outils de communication,
- proposition d’une journée mondiale des « sans ».

Cette AG a été enregistrée par un militant du groupe mémoire. De cet enregistrement, une courte émission radio en est sortie, diffusée sur Internet.

Élargissement du réseau : soutien et renforcement des mouvements

Lors des séminaires et durant l’espace permanent, des rencontres ont pu se faire avec la Coordination Russe des mal-logés et le Mouvement pour le Respect des Droits de l’Homme d’Istambul, toux deux souhaitant intégrer le réseau. Des liens se sont renforcés avec le mouvement de sans-logis « Solidarité Nouvelle » et d’autres militantEs de « Solidariedade Imigrante » du Portugal.

Pour la première fois et malgré le peu de soutien financier, un groupe de 15 volontaires militants du réseau NoVox et du réseau Ipam est venu en amont du forum pour aider à son montage. Nous tenons à garantir cette participation active à chaque forum européen dans la mesure où ces forums sont aussi l’affaire de tous les pays du continent. Le fonds
de solidarité devrait pouvoir consacrer également une partie de son budget pour l’envoi de volontaires.

Quelques remerciements pour le soutien financier à : Sud Solidaire, Sud Aérien, Sud Culture et le syndicat de la magistrature. Nous nous félicitons par ailleurs de la collaboration transversale et militante avec le réseau Ipam.

D’autre part, alors que le réseau NoVox était inclus au projet mémoire jusqu’au FSE de Londres, il en a été exclu sur celui d’Athènes. L’ensemble du travail réalisé pour ce forum social (espace d’échange de pratiques d’expériences, de production documentaire, d’exposition photographique, etc.) est la démonstration d’une participation à la mémoire vivante des luttes et à la restitution du forum social. Nous
regrettons de n’avoir pas avoir été informés des modalités de
participation au projet mémoire des forums sociaux.

A la suite de ce forum social et aux noms du réseau NoVox et des Euromarches, une trentaine de militantEs s’est rendue au Tribunal des Peuples organisé à Vienne pendant le sommet des chefs d’Etats d’Amérique Latine et de l’Union Européenne.

Solidarité aux migrants en Grèce : No one is illegal !

Le réseau Migration, constitué à l’occasion de ce 4e FSE, a placé au coeur de ce forum les enjeux liées aux migrations internationales et européennes et les situations que rencontrent quotidiennement les migrants. Une action spécifique, soutenu par le FSE, a été menée par ces différents réseaux européens (Migreurop, Frassanito, IPAM, le
réseau pour les droits politiques et sociaux, des structures nationales comme ARCI (Italie). Plusieurs militantEs d’Europe, activistes, personnalités altermondialistes et d’élus européens ont occupé un commissariat du centre d’Athènes, celui d’Agios Panteleimanos, connu pour avoir pratiqué des tortures en décembre 2004 sur des réfugiés
Afghans. Plus de 300 personnes étaient rassemblées pour dénoncer les conditions d’accueil et de détentions des migrants et réfugiés en Grèce et plus largement en Europe.

Le réseau NoVox considère que pendant les forums sociaux, des actions concrètes doivent être conduites pour interpeller et dénoncer toutes formes d’atteintes et de dénie des droits fondamentaux.

Participation de la Brigade Activiste des Clowns - BAC : l’assaut de l’Acro-police

La BAC avait délégué trois de ses représentants à Athènes, pendant le forum social européen, afin de venir rassurer la population locale, terrorisée par la déferlante des altermondialistes. La BAC a donc participé à la garde d’un commissariat, que voulaient inspecter un groupe d’Européens de tous bords, soucieux de vérifier que les policiers grecs travaillent dans de bonnes conditions. Malheureusement, une milice armée de casques, matraques, gaz lacrymogènes et autres les a empêcher de mener à bien leur travail. La
BAC a alors fait montre de son savoir faire, et, aux cris de "somos todo acro-policistos" a réussi a convaincre les représentants de cette milice d’ouvrir les portes du commissariat pour laisser les inspecteurs faire leur travail.

Le lendemain, la BAC a contribué à sécuriser la manifestation : des membres de cette même milice étaient en effet présents en nombre, plusieurs milliers d’après eux, plusieurs dizaines de milliers d’après la BAC. Ils empêchaient toute inspection du commissariat central, de l’ambassade des États-unis et se sont même opposés à ce que soient contrôlés les deux soldats qui montent la garde devant le parlement. Pourtant, leur démarche exagérément ridicule prouve qu’ils boivent de
l’ouzo plus qu’ils ne protègent la démocratie parlementaire.
Forte de ces succès, la BAC est fière d’annoncer la création d’une brigade grecque, et invite toutes les brigades à la rejoindre le 14 juillet, pour une parade festive dans Paris, en clôture de son université d’été révolutionnaire.

Manifestation anti-libérale

Le réseau NoVox a participé à la manifestation finale du Forum Social Européen avec l’ensemble de ses composantes, aux côtés des Sambas activistes, les groupes autonomes dont Virus, la Brigade des Clowns, les Vamos et ce au nom de la solidarité envers tous les « sans » organisés et en résistance dans toute l’Europe.

Le réseau NoVox dénonce fortement toutes les formes de pratiques répressives en Grèce et en Europe et exige la libération immédiate et l’arrêt des poursuites à l’encontre des manifestants interpellés le samedi 6 mai.

Avenir du forum social européen

Le réseau NoVox constate avec inquiétudes que le forum social européen se transforme en champs de bataille entre certaines organisations politiques et dénonce fortement l’entrisme des partis politiques aussi bien dans le processus de préparation que pendant le déroulement du forum. Nous ré-affirmons, ce qui est au fondement de la Charte de Porto Alegre, le rôle du forum social comme un espace de rencontre et de construction des convergences entre mouvements sociaux issus de la
société civile. Nous souhaitons que des règles respectant les opinions de chacun soient mises en place pour permettre de faire converger les luttes et les actions concrètes de solidarité. Le réseau NoVox revendique son indépendance face aux partis politiques et aux chapelles religieuses et défend l’horizontalité entre ses mouvements de lutte des « sans » !

Appel pour marcher contre le sommet du G8 en 2007 en Allemagne

Le réseau NoVox appelle ses mouvements de base à marcher contre le G8 de 2007 pour dénoncer à l’échelle internationale l’augmentation des inégalités, des précarités, des exclusions, des discriminations, des répressions et de la criminalisation contre les « sans ».

Pour un véritable partage des richesses, NoVox revendique de nouveaux droits tels que le droit à un logement, le droit à une terre, le droit à un revenu garanti universel décent pour toutEs, le droit à la liberté de circuler et de s’installer, le droit de vivre dans un monde plus solidaire, le droit à un monde vivable et meilleur pour les générations futures.

Espaces Marx, 6 av Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19 | T: +33 (0)1 42 17 45 10 | F: +33 (0)1 45 35 92 04 | Mentions légales | Rédaction | Plan du site | Contact Suivre la vie du site RSS 2.0