Accueil > Thématiques > Alternatives, émancipations, communisme > Chantiers ouverts (suites du colloque des 19&20 mai 2006) > Atelier A : quels regards contemporains sur ce capitalisme que l’on veut « (...)

Capitalisme financier, contemporain, déchaîné et alternatives...

samedi 28 octobre 2006

...La démocratie économique - une stratégie politique transformatrice ? Comme suite donnée à l’atelier A des journées d’études des 19&20 mai 2006, nous proposons d’organiser sur l’année 2006/2007 UN NOUVEAU SEMINAIRE :

Capitalisme financier, contemporain, déchaîné et alternatives :

La démocratie économique - une stratégie politique transformatrice ?

Ce séminaire s’adresse à des économistes, des sociologues (salariat, travail, entreprise...), des syndicalistes, des militants politiques et des élus. Il bénéficiera de contributions de travaux menés dans d’autres pays européens et d’un séminaire européen qu’organise le réseau européen Transform ! en coopération avec le groupe parlementaire européen GUE/NGL. Une nouvelle rubrique est donc ouverte sur le site d’Espaces Marx. La publication d’un ouvrage collectif peut être envisagée.

Dans une période où l’importance de la sphère financière ne cesse de grandir et d’installer son hégémonie, les rapports de force se sont profondément modifiés.

- Les résistances et luttes des ces dernières années ont remis sur le devant de la scène les enjeux de justice et sociale, de sécurité sociale, de démocratie.
- Au sein des entreprises et dans le domaine des relations sociales, la gestion patronale en fonction des exigences du capitalisme actionnaire, financier n’a cessé de modifier les rapports sociaux, les rapports de force au détriment des salariés, des sous traitants, du secteur public, des potentiels d’innovation, de toute la société.
- Les politiques néolibérales, en appui au déchaînement des marchés financiers et aux exigences du capitalisme patrimonial débouchent sur la stagnation des économies alors qu’existe des potentiels en faveur d’un nouveau type de développement.

Dans ce contexte grandit le besoin de réformes en rupture avec ces logiques. Les définir précisément - en articulation avec les luttes et confrontations en cours - devient de plus en plus l’objet d’efforts engagés par des forces antilibérales en France, en Europe et au delà.
A toutes les échelles institutionnelles ainsi qu’à l’entreprise se pose la question d’une nouvelle démocratie dont il s’agit de préciser les contenus, les formes, la cohérence, l’ambition.

Une première réunion aura lieu le 1er décembre, de 14h - 19h

(attention, changement de date par rapport à celle précédemment annoncée)

Dans les locaux d’Espaces Marx

6, avenue Mathurin Moreau, 75019 Paris (M° Colonel Fabien) -

Tél. : 0142174510

Déroulement proposé

- 14h - Joachim Bischoff (économiste, revue « Sozialismus » - Allemagne) : La démocratie économique - une stratégie politique transformatrice ? - Débat
- 16h - Daniel Bachet (sociologue, Université d’Evry, Conseil scientifique d’Attac) : Démocratie et entreprise - Débat
- 17h - Une contribution sur avancement et difficultés dans la rédaction d’un programme antilibéral en matière de démocratie économique - Débat
- 18h - 19h : La suite du séminaire

Voici quelques premières propositions de thèmes qui pourraient faire l’objet des travaux d’un tel séminaire - à discuter, améliorer, compléter... lors de notre première rencontre.

1. Démocratie et entreprise

- Quelle vision de la démocratisation des droits et pouvoirs à l’entreprise dans la phase du capitalisme financier, débridé, actionnaire, patrimonial ?
- Quelles nouvelles conceptions des responsabilités des organisations syndicales, du partage des responsabilités entre directions et collectifs de salariés ?
- Quels outils juridiques de la participation effective des salariés aux décisions de l’entreprise et restructuration adéquate des centres de décision de celle-ci ?
- Comment poser la question de l’appropriation sociale et démocratique dans ce contexte ?
- Quelles décisions macroéconomiques en faveur d’une modification des rapports de forces à l’entreprise ?
- Quelle conception de l’entité « entreprise » ?
- Quelle approche du tissu : PME sous-traitantes et donneurs d’ordre ?
- Quel contrôle public des grandes entreprises (Etat, collectivités, organismes publics, formes de démocratie participative..)
- Quelle approche de la démocratisation des décisions et au sein des sociétés multinationales ?
- Quelles possibilités d’une élaboration démocratique par les salariés et les chercheurs de nouvelles finalités de l’entreprise, de politiques industrielles de branche visant le plein emploi, le respect des contraintes planétaires (environnement, ressources naturelles), l’aide réelle au développement du « Sud » ?

2. Régulations démocratiques macroéconomiques visant à faire reculer la puissance des marchés, à modifier positivement les rapports de force

- Quelles formes et contenus de pilotages publiques, démocratiques (rôle des assemblées élues...) en rupture avec le néolibéralisme dans les différents espaces : local (entreprises, bassins d’emploi..) - régions - national - grandes régions (UE...) - mondial ?
- Comment concevoir une nouvelle finalité du rôle d’un Etat, acteur important d’un développement économique ?
- Quelle alternative à la généralisation du ‘market state’ ?
- Quelle utilité de l’héritage keynésien dans les conditions actuelles ?
- Quelle pertinence du concept de « planification souple à la française » (en comparaison avec le rôle du MITI japonais, de la Commission centrale d’Etat chinoise pour le Commerce et l’industrie...) ?
- Quelles politiques industrielles, de recherche, d’investissements publics ?
- Quel pilotage écologique ?
- Quelle conception d’un nouveau type de croissance et comment le stimuler ?
- Quelles réformes démocratiques concernant la relation à trois : salariat - patronat - Etat ?
- Quelle stratégie antilibérale, quelle intervention publique dans concernant la redistribution ?
- Quelle fiscalité ? Quelles assiettes pour les cotisations sociales dans le cadre d’un capitalisme financiarisé et d’une crise durable de l’emploi ?
- Quelles missions, quelle gestion des institutions financières et monétaires ?
- Quelle conception des fonds publics, du crédit, quels outils financiers publics au service de la démocratisation économique (révision complète du système d’aide aux entreprises....) ?
- Quel rôle de la France, de l’Europe à l’échelle mondiale au service du développement humain ?
- Comment desserrer ‘les contraintes’ au niveau d’un pays, de l’Europe, du monde ?
- Quelles alternatives au principe de la libre concurrence, en faveur de la coopération, de l’harmonisation des normes sociales au profit du salariat, des sociétés
- Quelles régulations des échanges, des flux de capitaux, quelles conceptions de l’aide à un nouveau type de développement ?

3. Quelle conception d’un secteur public rénové, développé, démocratisé en tant que vecteur en faveur de la démocratie économique dans chaque pays et à l’échelle européenne ?

- Quelle conception de la démocratisation des entreprises de service public et de leurs finalités (à moderniser et développer), quelle extension de leurs domaines d’activité ?
- Quels contours du secteur public dans l’optique d’un vecteur économique et politique puissant pour faire reculer la domination des marchés, répondre aux besoins (nouveaux) ?
- Quelles convergences à bâtir entre salariés, usagers, collectivités, organisations de la société civile ?
- Quelle conception de nouveaux pôles publics ?
- Quels moyens pour un nouveau développement du public, dans chaque pays, en Europe ?
- Comment dépasser le rôle prédateur des entreprises publiques dans les ‘pays du Sud’ ?
- Quelle portée des luttes anti AGCS ?

Nous pourrions également travailler sur :
- Les transformations du salariat, du travail
- La réponse aux nouveaux enjeux (autonomie, flexibilité, sécurité, droits, finalité et humanisation du travail...)
- L’enjeu des revenus du travail (directs - indirects, working poor, discriminations, la question du venu revenu universel..)
- La nature de la confrontation politique : ‘revalorisation du travail’....
- L’apport de formes collectives, coopératives solidaires, mutualistes, coopératives
- Un état des lieux et bilan historique critique de différents modes de gestion
- Nationalisations
- Cogestion
- Autogestion
- Autogestions isolées (SCOP...)
- Interventions étatiques conséquentes, durables dans les politiques industrielles, de services, de recherche
- Méthodes d’intégration idéologique du salariat dans différentes étapes de son évolution
- Les différents modèles sociaux en Europe (Scandinavie...)
- Les syndicats et la démocratie économique
- Les luttes actuelles et leur portée en matière de démocratie économique, les acteurs et le concept de démocratie économique
- Pourquoi revenir à l’économie politique ?
- Quelles écoles de pensées pertinentes en faveur de l’élaboration d’alternatives ?
- Quelles critiques du capitalisme par ses promoteurs ?
- L’état des propositions alternatives élaborées par la gauche antilibérale / anticapitaliste (comparaison et critique de programmes politiques..)
- Quels débats majeurs à gauche ? entre syndicats, forces politiques, mouvements et altermondialistes ?

Etc., etc.

Inscriptions à :
Espaces_Marx@internatif.org

Espaces Marx, 6 av Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19 | T: +33 (0)1 42 17 45 10 | F: +33 (0)1 45 35 92 04 | Mentions légales | Rédaction | Plan du site | Contact Suivre la vie du site RSS 2.0