Accueil > Thématiques > Sciences > "atelier L" "nouveaux concepts nouveaux outils pour la transformation (...) > Journée du 3 février 2007 : Réseaux, théories, critiques et pratiques

Le fonctionnement en réseau altermondialiste

Caractéristiques, problèmes et perspectives (plan détaillé)

dimanche 4 février 2007, par K. Gantin

Slides de la conférence donnée dans le cadre du séminaire du 3 février 2007 "Réseaux, théories, critiques et pratiques".

L’altermondialisme, mouvement global émergeant, est d’emblée un mot réseau.

le réseau : dénominateur essentiel

• Appartenance collective déclarée à une communauté changeante, égalitaire et extensive

• Mode de travail quotidien voulu privilégié d’interactions fortes et multiples, de coopération participative non hiérarchisée

• Élément de stratégie : agir local, penser global
Un contexte éclairant

• Le réseau : une riposte immédiate appropriée à l’accélération capitaliste néolibérale, elle-même fonctionnant sur un mode réseau (Empire ?)

• NTIC, Internet, diminution des coûts de communication, déplacement, diffusion planétaire de l’information et montée du niveau d’éducation : à la fois facilitations du réseau militant, et mythe du réseau comme paradigme

• Conscience globale planétaire accrue (écologie...) avec renouveau concomitant d’une fragmentation des identités, elles-mêmes revendiquées comme multiples : le réseau comme maillage global et fragmenté multiforme

• Agir local, penser global : conscience de la multiplicité et spécificité des luttes

• Affaiblissement des grandes idéologies de gauche du XX ième siècle, appelant des fonctionnements structurés, verticaux, pyramidaux

• Renouveau des idées libertaires sur fond d’écriture Internet, culture intellectuelle renouvelée par l’accentuation sur l’échange et la ressource intellectuelle disponible maximale pour chacun (on est loin d’une légitimation des centres contre les périphéries au nom d’un accès privilégié à l’information

Quelques caractéristiques

• Le réseau : non démocratique ? Unités autonomes. Egalité de principe entre elle. Projets. Délégations systématiques pour un travail en réseau faiblement hiérarchisé. Démocratie non centralisée : liberté de ne pas s’associer.

• Une égalité Nord-Sud de principe, une sortie du paradigme développementiste.

• L’agora.

• Créativité. Connexions démultipliées, élargissements.

• La praxis politique selon Hannah Arendt contre celle de Marx : pas de projet commun préalablement construit.

• La frontière du réseau : frontier Vs. border. Frontier interne : multiplier les connexions locales... et extérieure, élargir le mouvement à de nouveaux entrants et de nouvelles régions

Quelques questions

• Artificialité ? La jet-set alter, l’arbre qui cache la forêt... Réseaux thématiques et régionaux.

• Le cœur du réseau et ses marges. No Vox. Des connectivités inégales. Le réseau mythifié.

• Fragmentation croissante ? Un risque et un pari. Agir local, penser global.

• Mouvement de mouvements ou réseau de mouvements. Des connecteurs privilégiés ? Place des connexions et des têtes, problème de théorisation. Une direction commune ?

• Mythe de société civile libertaire... ou libéral ? Un bassin d’attraction.

• Une autre forme de résistance que la "guérilla".... Guérilla est une conquête de l’Etat pour changer la société. Question de l’Etat au cœur : est-il encore pertinent ? Dissensus ! Pas de stratégie en réalité. Forme d’attente.

La peur du réseau

• Contredit nos cultures politiques.

• Peur de la dispersion face à « l’adversaire » néo-libéral.

• Légitime et saine impatience, souci politique.

• Agacement problématique devant la diversité à prendre en compte, les rythmes différenciés, panique intellectuelle, voire peur du chaos.

• Une situation d’attente agaçante, mais aussi une recherche de culture politique en propre, un renouvellement générationnel, peut-être, à ne pas sous-estimer par-delà les passerelles et héritages

Des succès

• Une durabilité

• Des renforcements locaux, dialogues et coopérations nouvelles

• Des mobilisations planétaires réussies

• Un renversement du paradigme néolibéral

• Une extension progressive même chaotique

• L’accès aux droits pour chacun : paradoxal fruit du travail en réseau

Perspectives

• Sauts qualitatifs, par vague. Continue de monter.

• Créativité. Voix marginales. Contagion d’idées.
• Non récupérable.

• Une réponse pertinente au souci d’individualité croissante, de multiplicité des identités et des champs, de mise en relation nouvelle de ceux-ci, de mise de l’humain au centre. Projet humaniste.

• Poursuivre le bouleversement de nos cultures politiques, approfondir la question des mécanismes de domination via le réseau.

• La force possible du réseau face au discours de guerre des civilisations, nouvelle étape du capitalisme néo-libéral. Pointer le bon paradigme (le capitalisme financier planétaire), entraver l’autre (guerre des civilisations). Nouvelle guerre des territoires.

• L’embrasement. Oui, mais comment ? Connecteurs et interconnectivités. Patience et travail nécessaire. Résultats immédiats.

Karine Gantin

Espaces Marx, 6 av Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19 | T: +33 (0)1 42 17 45 10 | F: +33 (0)1 45 35 92 04 | Mentions légales | Rédaction | Plan du site | Contact Suivre la vie du site RSS 2.0