Accueil > OLD > Publications > Collection Espaces Marx

Dialectiques à voix multiples, L’Humanité 12 juin 2007

mardi 19 juin 2007, par Patrick Coulon

A propos du livre Dialectiques aujourd’hui,
ouvrage collectif coordonné par Bertell Ollman
et Lucien Sève. Collection Espaces Marx, Éditions Syllepse, 2007, 248 pages, 17 euros.

Pas moins de dix-neuf auteurs sont à la tâche. Leur objet : commencer à relever le défi dressé en commun par deux philosophes très attachés
à la pensée marxienne, Bertell Ollman et Lucien Sève : la dialectique n’a aujourd’hui ni l’audience qu’elle mérite, ni le développement qu’elle appelle. De cette insatisfaction partagée est né un colloque international organisé par Espaces Marx à l’automne 2005. On a pu y mesurer combien, à l’échelle internationale,
le vaste ensemble d’acquis irréversibles et de problèmes ouverts que recouvre le mot dialectique constitue un champ de réflexions et de recherches pour
des problématiques à peine ébauchées. Par exemple :
en quoi consiste la « logique du capital » ? Quelle leçon tirer de son progressif éloignement de la dialectique hégélienne ? Se référer à la dialectique, est-ce user positivement d’un corpus logique et méthodologique en devenir, ou n’est-il vraie dialectique que négative ? Que signifie à l’heure actuelle l’idée de dialectique
de la nature ? La dialectique peut-elle nous inspirer
dès lors qu’il s’agit de repenser un dépassement
du capitalisme plus que jamais nécessaire ? Dialectiques aujourd’hui regroupe les contributions des intervenants. C’est plus qu’une simple transcription des actes d’un colloque : une approche à multiples voix d’une des questions théoriques et stratégiques les plus déterminantes pour l’intelligence du présent et l’orientation de notre futur. Il y a tout juste cent cinquante ans, dans une allocution pour le jubilé du journal ouvrier anglais The People’s Paper, Marx parlait de la dialectique en des termes qui trouvent aujourd’hui un singulier écho. « À notre époque, disait-il, chaque chose semble grosse de
son propre contraire. Nous voyons les machines, qui possèdent la force merveilleuse de réduire et de rendre plus fécond le travail humain, en faire une chose rabougrie qu’elles consument jusqu’à épuisement. Par un étrange maléfice, les nouvelles sources de richesse se transforment en autant de sources de misère. On dirait que les conquêtes de la science doivent être payées
du renoncement à tout ce qui a du caractère. Même
la pure lumière de la science ne peut apparemment briller que sur le sombre fond de l’ignorance. »

C’est bien de nous que parle cette dialectique-là.

Cet ouvrage participe à davantage lui donner la parole.

Patrick Coulon

Avec les contributions de Christopher Arthur,
Daniel Bensaïd, Jacques Bidet, Eftichios Bitsakis,
Gilles Cohen-Tannoudji, Roberto Finelli, Isabelle
Garo, Janine Guespin-Michel, Wolfgang Fritz Haug,
Michael Krätke, Jean-Louis Lippert, Roger Martelli,
Yvon Quiniou, Michael-Matsas Savas, Arnaud Spire.

Espaces Marx, 6 av Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19 | T: +33 (0)1 42 17 45 10 | F: +33 (0)1 45 35 92 04 | Mentions légales | Rédaction | Plan du site | Contact Suivre la vie du site RSS 2.0