Accueil > Thématiques > Alternatives, émancipations, communisme > Toutes les contributions

Lutte des classes et nécessité d’une réflexion sur la science

samedi 11 mars 2006, par Jean-Pierre Kahane

1. Ce qui m’a toujours attiré et que j’ai essayé de porter dans la visée communiste, c’est la largeur des vues, l’internationalisme, l’articulation entre présent, passé et futur. Il m’a toujours semblé que de bonnes clés pour comprendre et agir sont l’analyse des moyens de production et des rapports de production et d’échanges, l’analyse des rapports de classes, et les perspectives à donner aux formes diverses de la lutte des classes. La lutte des classes est constamment dépréciée et occultée au profit des classes dominantes, qui, bien sûr, privilégient les oppositions ethniques ou religieuses et l’organisation de la société en communautés étanches. La lutte des classes mérite d’être étudiée et revalorisée comme intéressant l’humanité dans son ensemble, comme dégageant les facteurs décisifs de l’émancipation humaine face aux pouvoirs dominants - financier, économique, politique.

2. Exemple. La science est-elle une force productive ? On a pas mal écrit là-dessus dans les années 60. Et c’est d’une brûlante actualité. Si on considère la science, gentiment, comme un savoir à partager, comme un pouvoir à partager, on ignore l’essentiel : sa place dans le monde actuel, et sa place potentielle dans le monde à construire. La science est un mouvement, comme Victor Hugo le disait si bien. Quelle est la direction de ce mouvement, qu’est-ce qui pousse et qu’est-ce qui freine, qu’est-ce que ce mouvement révèle des limites du capitalisme actuel, dans quel sens aller pour être aux grands rendez-vous du futur (les grands enjeux liés que sont l’énergie, la paix, la nourriture et la santé dans l’ensemble du monde) ? A défaut d’explorer cela - et la clé des forces productives et des rapports de production me paraît bien adaptée - on confond tout, par exemple le combat indispensable comme les monopoles de la production alimentaire, et le combat contre la transgenèse - dont j’espère bien que la société humaine future saura tirer parti pour améliorer la production agricole et pharmaceutique, entre autres.

3. Dans les débats qui animent les milieux de la recherche scientifique sur la PACTE, on voit le mouvement des jeunes chercheurs, qui s’empare du milieu jusqu’aux directeurs de laboratoire, l’Académie des sciences dans un rôle ambigu mais heureusement mouvant, le pouvoir politique directement inspiré par les détenteurs de capitaux, un affrontement auquel il manque une chose principalement : une vision politique de ce que représente la recherche scientifique dans le monde actuel et dans le monde que nous voulons. Le lien avec le point 2 est évident.

Jean-Pierre Kahane

Espaces Marx, 6 av Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19 | T: +33 (0)1 42 17 45 10 | F: +33 (0)1 45 35 92 04 | Mentions légales | Rédaction | Plan du site | Contact Suivre la vie du site RSS 2.0