Accueil > Thématiques > Sciences > "atelier L" "nouveaux concepts nouveaux outils pour la transformation (...) > Crise du communisme vivant : un problème de méthode ?

Logiciels E4 et E5 : la contradiction Naturel-Culturel

samedi 22 septembre 2007, par Philippe Gascuel

conference 4  

LA CONTRADICTION
" NATUREL-CULTUREL "


BUTS DE CE TEXTE :

EXPLIQUER CETTE CONTRADICTION AVEC LE MATÉRIALISME ET LA DIALECTIQUE,
ET EN PARALLÈLE,
EXPLIQUER CETTE CONTRADICTION AVEC LES LOGICIELS E4 ET E5.

Contribution 4 (sur 4) pour l'atelier L, Espaces Marx - 20/8/2007

Ce texte suppose que l'on a lu et assimilé "logiciels E1 et E2, pour étudier l'émergence ... "
Son contenu, plus tardif, n'est pas explicitement présent dans mon livre "Révolutionner, une méthode" ... "

Introduction

Le texte qui suit, dit " conférence E4 ", n'a pas le même statut que les précédents E 1, 2, 3.

Il ne vise pas directement la pratique, son but est du domaine de la théorie. Il vise en fait à renforcer la cohérence au sommet, la compréhension, l'intériorisation durable des textes E 1, 2, 3.

Le modèle informatique " logiciel E4 " que je propose pour mieux assurer la démarche didactique de cet exposé n'a pas été écrit " exprès ", il existe depuis trois ans (2004). Après de longues méditations improductives, j'ai réalisé tout d'un coup que le rapport entre " naturel " (fonctionnement du monde sans intervention programmée de l'homme) et " culturel " (fonctionnement du monde par l'intervention programmée de l'homme, visant le long terme), qui me tarabustait, pouvait être traité en profondeur (quoique assez abstraitement) en s'inspirant de la théorie de Darwin sur l'évolution par avantage sélectif.

Le culturel serait une accumulation d'avantages sélectifs mémorisés non plus dans les gènes, mais dans le " patrimoine culturel excentré ", puis intériorisé, mémorisé par chacune, chacun.

À signaler qu'il sera question aussi d'un " logiciel E5 ", écrit pour le présent texte, qui est une version peu différente de " logiciel E4 ", pour lever quelques petites ambiguïtés.

Attention au vocabulaire

J'utilise le plus souvent, me semble-t-il, les mots naturel et culturel au sens de Marx :

Ce qui distingue d'abord le plus mauvais architecte de l'abeille la plus habile, c'est que le premier a construit la cellule dans sa tête avant de la réaliser dans la cire.

Moins que tout autre, mon point de vue, qui conçoit le développement de la formation économique de la société comme un processus naturel, ne peut rendre l'individu responsable des rapports dont il reste socialement le produit, bien qu'à considérer subjectivement les choses, il les dépasse beaucoup .

Oui l'ouvrier qui achète des pommes de terre et la femme entretenue qui achète des dentelles, suivent l'un et l'autre leur opinion respective. Mais la diversité de leurs opinions s'explique par la différence de la position qu'ils occupent dans le monde, laquelle est le produit de l'organisation sociale.

Quand je dis " société capitaliste = naturel ", je pense" non planifié ".

Cependant, il y a en somme une ambiguïté grave possible avec le mot " naturel " :

  • Par " naturel " j'entends le plus souvent " fonctionnement du monde sans intervention planifiée, programmée de l'homme "
  • Par " naturel " j'entends aussi parfois " animal ", ce qui concerne un domaine plus réduit du monde (par " monde " j'entends tout ce qui n'est pas moi maintenant)

Vocabulaire encore :

- Opposé à culturel, naturel a le sens " fonctionnement du monde sans intervention planifiée, programmée de l'homme ". Le couple " naturel-culturel " n'est pas ambigu, il a toujours le même sens dans l'usage courant du vocabulaire. C'est " naturel " seul qui est ambigu.

- Je dis volontiers : " il y a émergence de qualités nouvelles depuis le niveau animal vers le niveau culturel ".

Le développement du culturel, son évolution

Les " avantages sélectifs apportés par le culturel " ont une " autonomie " évidente, ils agissent sur l'histoire de l'humanité, ils contrarient une histoire qui ne viserait que les avantages immédiats, c'est-à-dire les avantages contrôlés uniquement par les réflexes, comme chez les animaux

Par ailleurs, dans le culturel, il y a des contradictions non antagoniques, et aussi des contradictions antagoniques. Dans ce dernier cas, c'est l'intérêt à long terme qui l'emporte en général.

Vu l'imprimerie, tout est mémorisé, Mein Kampf comme Le Capital. Pour le moment par exemple, on en est au point où le plus grand nombre a tendance à penser que Le Capital n'a pas été, n'est pas un avantage sélectif.

La grande découverte de Marx, sa théorie de " l'exploitation capitaliste " fait selon moi partie du patrimoine vital de l'humanité.

La bombe atomique a été sélectionnée comme avantage sélectif par l'armée américaine, et par d'autres armées - et sélectionnée comme monstruosité conduisant à la mort de l'humanité par les pacifistes ...

La parole, l'écriture, l'imprimerie, l'agriculture, le feu, la poterie, la roue, l'électricité ... sont des avantages sélectifs qui ont été sélectionnés, c'est-à-dire inscrits de façon dure et durable dans le patrimoine. Shakespeare aussi, et Mozart, et le théâtre Nô, etc... Mais pas Marx :seul l'avenir dira si les communistes ont raison de penser qu'il est un avantage sélectif.

En somme :

Les avantages sélectifs apportés par le culturel sont liés fondamentalement à l'avenir à long terme de l'humanité. Ils entrent en contradiction avec les avantages à court terme de cette même humanité.

Je pense aux avantages du planifié sur le non planifié, ou autrement dit du culturel sur le naturel (penser à " abeille et architecte " de la citation de Marx) ... Il est clair par ailleurs que, à l'intérieur du culturel, il y a des contradictions entre apports culturels. Dans le culturel on va d'un petit avantage sélectif à un plus grand.

Finalement le logiciel E4 illustre l'avantage sélectif du long terme, à l'intérieur de la culture, où chaque découverte ou invention ou pensée qui aura un avantage à long terme finira soit par s'imposer (électricité par rapport à bougies ... ) soit par coexister (religions ... ) avec ce qui a précédé. Mais E4 illustre aussi et surtout, comme nous allons le voir maintenant, " la naissance du culturel à partir du naturel ".

La naissance du culturel à partir du naturel

1) La naissance du culturel, son apparition, se fait à partir du naturel (fonctionnement du monde sans intervention programmée de l'homme). Le logiciel E4 renforce cette hypothèse : émergence, et sélection du plus avantageux pour le long terme, sont des aspects d'un même processus naturel.

Dans les logiciels E4 et E5 (comme on le verra en détails ci-dessous), les grands ronds horizontaux libres que l'on voit sur l'écran de l'ordinateur ont une origine " naturelle " (comme pour une mutation : par hasard). Ensuite, au cours d'une émergence naturelle, ils sont sélectionnés de façon naturelle comme plus avantageux, et une majorité de grands ronds horizontaux apparaît de façon naturelle dans les structures.

2) On doit affirmer, contradictoirement à l'aspect " autonomie du culturel " qui existe indubitablement, que le culturel fait partie du naturel (fonctionnement du monde sans intervention programmée de l'homme) : il en est un " prolongement naturel ".

Tout cela est conforme, je crois au concept " d'effet réversif " de Patrick Tort. (A noter aussi que le traitement philosophique général de mes textes doit beaucoup à Lucien Sève).

La contradiction entre naturel et culturel,
la nature fondamentale du culturel,
l'intérêt à long terme

Quelques remarques préliminaires

- Le fonctionnement de l'homme, qui est partie du monde, se fait sans intervention programmée de l'homme (au sens où il ne programme pas le fonctionnement de son propre cerveau). Ceci est valable pour le fonctionnement immédiat de l'homme individuel. On peut espérer que le fonctionnement à long terme de l'homme sera un jour programmé pour une bonne part par ce même homme individuel (par la mise en œuvre des décisions personnelles qu'il aura prises grâce à l'utilisation de la méthode " Responsable, Créateur, Solidaire " - voir mes livres).

- Dans un même homme, la partie qui fonctionne sans intervention programmée de l'homme, donc en contradiction antagonique ou non-antagonique avec la partie programmée, peut être dite " animale ". J'utilise ici " naturel " au sens de " animal ". C'est ici que l'inconscient, que le cerveau primitif interviennent.

- Il faut aussi prendre en compte le fait que plusieurs parties programmées (culturelles) sont bien souvent, pour ne pas dire toujours, en contradiction dans un même cerveau.

Marxisme et " naturel "

Marx et Engels défendent les rapports de production communistes contre les rapports de production capitalistes, ils utilisent notamment, pour ce faire, les mots " culturel " et " naturel ". Les rapports de production capitalistes ne résultent pas d'une intervention programmée de l'homme, ils sont fondamentalement " sauvages ", ils ne sont " programmés " qu'à la marge, suite aux luttes des exploités.

Cela n'a pas changé depuis Marx, l'hypocrisie du langage des exploiteurs ne doit pas faire illusion : ils programment la privatisation des services publics au nom de la " concurrence libre et non faussée ", eh bien cette concurrence c'est l'essence du capitalisme sauvage. Ce qu'ils " programment " ce n'est pas l'avenir humain de l'humanité, mais leur avenir à eux les privilégiés, un avenir le plus assuré, le plus confortable possible.

Donc le mot " programmé " pour caractériser ce qui est bon pour l'avenir de l'humanité n'est pas suffisant, les exploiteurs programment aussi ... Il me semble que j'en ai dit assez pour être compris.

Je donne ci-dessus le point de vue des révolutionnaires (dont je suis), opposé à celui des réformistes.

Les " rapports de production " (y compris capitalistes, dans des conditions historiques données) sont du " culturel " sélectionné parce que " avantageux à long terme " : ils sont nécessaires pour le fonctionnement de la société pour toute la période historique qui correspond au niveau donné du développement des forces de production.

En résumé

Je pars du point de vue que dans le monde, et plus précisément dans le monde qui est dans des rapports avec les pratiques des hommes, un monde " naturel " (fonctionnement du monde sans intervention programmée de l'homme) est en contradiction avec le " patrimoine culturel " de ces hommes.

Ce " patrimoine culturel " est issu naturellement du " monde naturel " (fonctionnement du monde sans intervention programmée de l'homme), il en fait partie de ce point de vue. La contradiction entre cette " partie dissidente " du monde naturel et le reste de ce monde est fondamentalement non antagonique (je ne vois pas le naturel éliminant le culturel, et encore moins le contraire bien sûr), mais elle peut prendre des aspects antagoniques en des lieux et moments particuliers ...

Les " rapports de production " sont du " culturel sélectionné parce que avantageux à long terme ". De fait, mon point de vue généralise ainsi la contradiction fondamentale en laquelle on a l'habitude de réduire l'œuvre de Marx : le culturel sélectionné n'a pas pour seule base en dernière instance le développement des forces productives, mais aussi la reproduction des hommes (la question des rapports entre sexes), l'épuisement des ressources naturelles (la question du développement durable) ...

Citations marxistes

Avertissement : les quelques citations ci-dessous illustrent un peu la dialectique naturelle-culturelle. Je ne développerai pas ici, cela serait hors sujet. On peut consulter mon livre Révolutionner. Par exemple : Une méthode ... 2.4 Harmonisation 1 .

Marx - Capital I

Ce qui distingue d'abord le plus mauvais architecte de l'abeille la plus habile, c'est que le premier a construit la cellule dans sa tête avant de la réaliser dans la cire

Marx et Engels - L'idéologie allemande

Les circonstances façonnent les hommes, tout autant que les hommes façonnent les circonstances.

Engels - Dialectique de la nature

L'homme aussi réagit sur la nature, la transforme, se crée des conditions nouvelles d'existence

Marx - Capital I

En agissant sur la nature qui est hors de lui à travers ce mouvement et en la transformant, il transforme aussi sa propre nature

Mao-Zedong - A propos de la pratique

Lorsqu'ils ont essuyé une défaite, les hommes tirent des leçons de cette défaite même, modifient leurs idées et les mettent en accord avec les lois du monde extérieur ; ils peuvent alors transformer leur défaite en victoire ; c'est précisément cette vérité qu'expriment les dictons suivants : "la défaite est la mère des succès" et "chaque insuccès nous rend plus avisé".

Mao-Zedong - A propos de la contradiction

Selon les paroles de Lénine, " sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire "

Le logiciel E4

Spécifications générales pour un nouveau logiciel (nouvelle version d'application du SDNL" Vie ")

Dans mon logiciel E3 (cf conférence n°3) il y a la programmation de ce qui peut évoquer un fonctionnement au consensus (cela fait partie du culturel). On y voit que ce fonctionnement n'est pas indépendant du fonctionnement de base à la concurrence (cela fait partie du naturel), il y vient comme un complément, qui ne peut d'ailleurs s'établir que très progressivement, quand le fonctionnement à la concurrence a suffisamment bâti grâce à la sélection naturelle des plus forts. Mais dans E3 on ne voit pas " la naissance " du culturel, sa lutte fondamentalement non-antagonique contre le naturel, au bénéfice à la fois du naturel et du culturel.

J'ai donc tenté de créer un modèle qui simule la lutte de ce que j'appellerai un "fonctionnement culturel pour s'imposer ", pour " améliorer finalement le fonctionnement naturel à la concurrence (par ajout culturel) ".

Quels sont les rapports fondamentaux entre culturel et naturel ? C'est le naturel qui est premier. Le culturel est contradictoirement "parasite du naturel ", et " aide pour le naturel " (comme avantage sélectif pour le long terme - comme dans le cas de la sélection darwinienne).

Je répète : au centre du processus est la contradiction " court terme, naturel " / " long terme, culturel ".

Un logiciel présentant une émergence de structures à composition évolutive permettra de simuler la contradiction non-antagonique " naturel / culturel "

Voici donc les spécifications (ou le cahier des charges) de ce modèle, qui cherchent toutes à évoquer la réalité biologique, et plus précisément sociologique.

  • le " culturel/long terme " apparaîtra progressivement, il émergera du fonctionnement naturel du logiciel
  • ce " culturel/long terme " sera représenté par l'émergence de " structures évolutives ", c'est-à-dire de plus en plus riches en composants simulant le culturel
  • ces structures évolutives seront à la fois effets et causes d'un fonctionnement plus efficace
  • Le meilleur fonctionnement sélectionnera les meilleurs composants, et les meilleurs composants favoriseront le meilleur fonctionnement : une boucle de rétroaction positive typique fonctionnera
  • On pourra dire qu'un "apprentissage" est supporté par cette boucle de rétroaction positive
  • Cette émergence, comme toutes les émergences vraies, sera non programmée

Pour une lutte (ici contradiction non-antagonique) entre le court et le long terme, il faut nécessairement qu'il y ait mémorisation des expériences passées, afin qu'il puisse y avoir une anticipation établie par la théorie (long terme) qui s'oppose à l'opportunisme, au pragmatisme du court terme : avec une mémorisation, le " culturel " peut jouer son rôle optimisant par rapport au court terme, " il peut lui rendre ce service " (cf. le rôle des parents par rapport aux enfants). Il n'y a pas de "culturel" sans "apprentissage".

Attention, le culturel n'a pas vocation à remplacer le naturel. Le naturel restera nécessaire pour " nourrir " le culturel. C'est le naturel avec culture, cultivé, qui est l'avenir. La contradiction est non-antagonique.

Description du logiciel E4 (reprise des travaux sur logiciel 8 de 2004 - base informatique identique, interprétation n° 2)

Il s'agit de " structures dissipatives auto-adaptatives, dans une population d'agents libres de deux espèces (maintenues en proportions égales, l'une étant " plus efficace " ).

Je dis indifféremment " agents ", " composants ", " éléments ", " ingrédients ", " grands ronds ", " particules ", " agglos ", " molécules " ... Ils constituent un premier " niveau d'organisation ". Un deuxième " niveau d'organisation " est constitué par les " structures " formées d'agents collés, que j'appelle " agrégats " au début de leur existence, pour signifier leur état provisoire de non-adaptation, de non-organisation.

1) Les agents

Il s'agit, comme dans E1 etc., d'agents doués de mouvements aléatoires comme des molécules de gaz, et capables, après avoir reçu une goutte de " colle " de se coller entre eux (en s'immobilisant). Les gouttes de colle " volatile " tombent en pluies verticales aléatoires comme dans E1. Mais, dans E4 les agents ( libres ou en structures ) sont collants soit horizontalement soit verticalement. Ces propriétés, programmées avant le début de l'expérience, correspondent à la connaissance par le programmeur des propriétés qui émergent, en cours de fonctionnement, dans la population en évolution adaptative du logiciel E1 : les structures émergentes les plus adaptées, les plus efficaces en capture de colle, sont notamment assez horizontales, et sont donc probablement plus riches en agents qui sont collants horizontalement. Au contraire, les agents collant verticalement ont tendance à former des structures verticales défavorisées au cours du processus.

Dans E4 les agents libres sont maintenus en proportions égales pendant toute la durée des expériences (le programme en fait " muter " le nombre convenable à la fin de chaque pluie pour maintenir les proportions égales). Cela simule une population infinie d'agents libres. Le logiciel E4 propose à l'auto-organisation une population d'agents collants soit horizontalement, soit verticalement, en nombre égal (et maintenu égal parmi les agents libres automatiquement pendant toute l'expérience).

2) Le fonctionnement.

Les règles du fonctionnement sont les mêmes que pour les autres logiciels (pluies aléatoires de gouttes de " colle volatile " qui permettent aux agents qui les ont reçues de se coller entre eux le long de leur zone collante horizontale ou verticale). Les agents libres rebondissent comme des molécules de gaz, les agents collés sont immobiles. Lorsque la colle s'est volatilisée, les agents sont libérés et peuvent à nouveau entrer en structure. Le nombre d'agents collés ensemble n'est limité que par le nombre total d'agents.

Lorsqu'on fait fonctionner le logiciel, on voit que le comportement déjà observé avec E1 etc., intervient seul au départ, c'est-à-dire que tous les agents peuvent se coller, quelle que soit leur propriété verticale ou horizontale. Dès que la concurrence entre structures apparaît pour l'accès aux ressources (dès que la boucle de rétroaction fondamentale émerge), donc en même temps que les 5 processus adaptatifs déjà connus démarrent ( " plus plat, plus alterné, plus haut, plus grand, plus durable " ), un 6e processus adaptatif apparaît en parallèle, pour les mêmes raisons fondamentales : " plus constitué d'agents à collage horizontal ".

Les structures vont ainsi, statistiquement, vers une composition non aléatoire, elles vont vers une composition plus riche en agents efficaces. Cela ne signifie pas que les structures " choisissent " les agents les plus favorables, mais, en fait, que les structures composées d'éléments moins favorables sont éliminées dans un deuxième temps par la concurrence.

Les comportements émergents des structures dissipatives adaptatives aboutissent avec E4 à des structures composées majoritairement (voire exclusivement, mais c'est rare) d'agents à collage horizontal qui favorisent ces comportements émergents ( boucle de rétroaction positive fondamentale ). C'est un processus d'apprentissage;

Il y a surconsommation par l'ensemble des structures d'agents libres efficaces. Dans la population des agents libres, la disparition correspondante est compensée, au détriment des agents moins efficaces à collage vertical, par le mécanisme indépendant, homéostatique, programmé, du maintien de la composition.

Le logiciel E5, variante de E4

Si, à la place de 12 grands ronds verticaux et 12 horizontaux, l'expérience démarre avec 23 verticaux et 1 seul horizontal, l'émergence d'une première structure plus efficace, avec sélection du grand rond avantageux, à savoir le seul horizontal, se passe comme dans l'expérience E4 précédente. C'est-à-dire de façon purement aléatoire.

Ensuite les grands ronds horizontaux libres (qui apparaissent un à un, de telle sorte qu'il y ait toujours un grand rond horizontal et un seul parmi les ronds libres, règle qui est la spécificité du logiciel E5) s'accumulent dans les structures, au détriment des grands ronds verticaux, encore comme dans E4.

L'expérience E5 délivre la même leçon essentielle que E4 : les structures " pompent " dans le milieu externe ce qui est le plus utile à leur développement. En deux temps : " acquisition aléatoire ", puis " rejet sélectif " par mort des structures moins adaptées (Il faut fournir un peu plus de colle pour que l'expérience démarre, car les structures, toutes verticales au départ, en attrapent peu).

L'intérêt de E5 par rapport à E4 est de montrer que la " pompe " peut être très puissante, puisque ici, au départ, il n'y a qu'un seul grand rond horizontal.

Interprétation des résultats de E4 et E5

On peut dire : dans les structures, au bout d'un certain temps, pendant lequel la concurrence pour l'accès aux ressources a suffisamment joué, la composition en agents efficaces devient majoritaire (voire exclusive), et cette majorité inscrite dans les structures, est à la fois un produit, une " mémoire sélective " des meilleurs fonctionnements passés, et un " outil efficace " pour de meilleurs fonctionnements futurs.

Ou encore, parlant des résultats statistiques : " le premier niveau, celui des agents, a été réquisitionné dans la boucle de rétroaction, il y travaille efficacement ". Ou de même : " le deuxième niveau d'organisation a fait entrer le premier niveau dans la boucle d'auto-organisation adaptative (cette boucle qui a émergé et qui caractérise l'émergence), ce qui en retour améliore les performances du système ". C'est un apprentissage.

Le système " essaie " tous les ingrédients disponibles (ici deux seulement : à collage vertical ou horizontal), et si d'aventure il y en a un qui lui est favorable, il le favorise. Une idée au hasard parmi des millions peut se révéler géniale à l'usage (elle sera retenue), une molécule tordue parmi des millions, venue d'on ne sait où, peut devenir le gène " attendu " pour une mutation d'intérêt vital (elle sera retenue). L'émergence de structures à composition évolutive, de plus en plus riches en agents efficaces, est un cas particulier d'adaptation : ici une adaptation au milieu (grands ronds libres) qui est hétérogène.

Deux explications parallèles, comparaisons :

1) L'explication avec E4 et E5

  • Le naturel : c'est le "non choix" entre grands ronds à collage vertical ou horizontal, c'est le fonctionnement sans tenir compte du monde extérieur, non optimisé
  • Le culturel : c'est le choix optimisant des grands ronds à collage horizontal, comme pour les gènes, à la darwinienne. Ce qui est favorable est conservé, et dans une boucle de rétroaction positive favorise le favorable. C'est un apprentissage. Cela ne peut pas se voir dès le début du processus.

2) L'explication avec le marxisme et la dialectique

  • Le naturel : c'est le développement des forces productives (en y intégrant plus généralement les rapports donnés entre les hommes et un monde aux ressources limitées, les rapports donnés entre les hommes et les femmes, etc.)
  • Le culturel : en dernière instance, selon le marxisme classique, ce sont les rapports de production. Plus généralement (marxisme généralisé), c'est la connaissance de ce qui est efficace pour le long terme, ce qui suppose des expériences, et des leçons tirées de ces expériences et mémorisées, ce qui suppose d'y consacrer du temps et du travail spécifique. Un apprentissage consomme du temps maintenant, il permettra d'en gagner après.

Interprétation.des résultats de E4 et E5 : leur intérêt

Je ne connais pas de systèmes physiques aussi simples que E4 et E5 qui permettent autant de métaphores d'intérêt fondamental pour la biologie, la sociologie, la politique révolutionnaire. En fait, les " systèmes dynamiques non-linéaires avec émergence naturelle de structures capables de mémorisation et d'apprentissage" comme E4 et E5 ont un intérêt pour la philosophie en général, et pour le marxisme vivant de façon très précise.

Ces systèmes mettent en évidence une mémorisation de l'histoire du système en émergence. Et un apprentissage. Dans les logiciels E4 et E5, cette mémoire et l'apprentissag qu'elle permet sont interprétés comme métaphores valables du patrimoine culturel.

L'analyse marxiste s'est développée avant la connaissance des systèmes complexes. Quand on lit les citations des grands classiques (voir ci-dessus), on trouve qu'ils avaient plutôt bien " tout compris " concernant le développement des forces productives et les rapports de production : mes logiciels en somme illustrent, ravivent, généralisent leur analyse.

Une remarque : contradiction antagonique ou non-antagonique ?

Dans les logiciels E4 et E5, le nombre des grands ronds collés horizontalement est supérieur au nombre des grands ronds horizontaux (puisqu'un grand rond horizontal peut se coller horizontalement avec un vertical). Donc, à la date où toutes les structures parviennent à être horizontales (et à ce moment là elles sont au maximum de leur efficacité) il y a en général des grands ronds verticaux dans les structures. La finalité des systèmes E4 et E5 n'est donc pas l'élimination des grands ronds verticaux.

On ne saurait donc dire que E4 et E5 suggèrent que " le culturel éliminera un jour le naturel ". Je vois mal d'ailleurs la science éliminant l'univers.

On ne doit pas essayer de faire tout dire et son contraire à des logiciels didactiques. Ils ont des vertus limitées. E4 et E5 concernent un problème très abstrait. Il me semble qu'ils illustrent bien l'émergence naturelle du culturel, les raisons objectives de l'émergence de ce culturel (disons même les " raisons matérialistes ", dans un " contexte dialectique "). Et qu'ainsi ils suggèrent des traits fondamentaux, des traits qui concernent le fonctionnement fondamental du culturel. On ne devrait pas leur demander beaucoup plus.

Quelques conclusions

- J'espère que ces processus d'auto-organisation adaptative intéresseront les responsables politiques (nous devrions tous nous considérer comme responsable politique), ceux notamment qui pensent, dialectiquement, que la structure peut naître du fonctionnement qu'alors elle favorise (ou inversement), et qui explorent et s'appuient sur cette hypothèse pour essayer de faire avancer l'humanité.

- Les logiciels E4 et E5 sont importants pour le domaine philosophique. Ils confirment l'accord entre un réseau de concepts marxistes fondamentaux (les plus fondamentaux ?), et la science la plus récente. Dans le domaine politique, E4 et E5 apportent des éclairages complémentaires nécessaires du côté de l'importance des projets révolutionnaires : il s'agit là de composants culturels, de composants qui concernent le long terme : ils doivent entrer dans la boucle de rétroaction positive moteur de l'humanité de demain, ils sont nécessaires à l'efficacité objective : sociale, économique, humaine.

- Les logiciels E4 et E5 permettent d'illustrer comment le culturel est sorti (et sort) historiquement du naturel par émergence naturelle, comment il représente les intérêts du fonctionnement sur le long terme contre les intérêts du fonctionnement à terme immédiat du naturel On a là à la fois la naissance du culturel et sa raison d'être objective, observable, qui exige la fonction de mémoire (succès et échecs de la pratique), une raison d'être qui concerne l'efficacité. On a là la définition profonde de la nature du culturel.

- Des discussions assez formidables entre théoriciens ont commencé. E4 et E5 confirment les souhaits pour l'avenir de l'humanité de beaucoup de citoyens contemporains : les intérêts du fonctionnement sur le long terme contiennent bien sûr les rapports de production économique comme le veut le marxisme classique, mais aussi, à égalité d'importance fondamentale, décisionnelle, les rapports entre hommes et femmes (le patriarcat), les rapports entre les humains et une nature dont les ressources ne sont pas infinies ... J'espère apporter une contribution qui sera utile à ces discussions.

______________________

Logiciel E4

- pour voir une copie d'écran commentée du résultat de l'expérience prédéfinie 80 : aller sur le site

- pour télécharger Logiciel E4, tester son fonctionnement, et vérifier les résultats annoncés : aller sur le site

Logiciel E5

- pour voir des copies d'écran des résultats de l'expérience prédéfinie 83 : aller sur le site

- pour télécharger Logiciel E5, tester son fonctionnement, et vérifier les résultats annoncés : aller sur le site

______________________

Philippe Gascuel

______________________

Espaces Marx, 6 av Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19 | T: +33 (0)1 42 17 45 10 | F: +33 (0)1 45 35 92 04 | Mentions légales | Rédaction | Plan du site | Contact Suivre la vie du site RSS 2.0