Accueil > Thématiques > Sciences > Science et démocratie

introduction à la réunion du 8 décembre 2007 du séminaire ’science et démocratie"

résumé

mardi 12 février 2008, par Philippe Brunet

A travers la première réunion se dégagent trois niveaux d’appréhension de cette relation problématique entre science et démocratie, avec à chaque fois des clivages qui apparaissent mais qui se recoupent.
On peut partir de la notion d’ « enclosure » (D. Pestre) (enclosure : par analogie avec l’appropriation au 18ème S en Angleterre par les propriétaires terriens de terres cultivables auparavant communes ou « commons »), pour caractériser ce que sont les rapports à la fois à l’intérieur des sciences et entre les sciences et d’autres sphères sociales. Cette notion renvoie à des notions qui ont circulé au cours de la dernière réunion : engagement, dépossession, rapport de domination.

1er niveau : la science comme « fabrique »

-  connaissances, produits.
Vit-on la fin de la science désintéressée ? On assiste à une remontée de l’appropriation privée vers des savoirs de plus en plus fondamentaux. La finance pénètre la science comme elle pénètre l’industrie. Et certainement beaucoup plus vite que les citoyens.

Dès lors, clivages, enclosures à l’intérieur même du champ scientifique et de ses différents disciplines.
Mais à partir de là, la science et les scientifiques apparaissent intéressés. Le clivage entre « science neutre » et « profane » ne peut plus vraiment tenir.

Ceci pose la question des politiques de la science non seulement dans les disciplines dites « dures » mais aussi pour les disciplines plus « èsouples ». Les sciences humaines produisent aussi des hautes technologies sociales, de l’ingénierie sociale.

2ème niveau : la science comme « fabrique » inscrite dans des territoires administrés

On assiste à la diffusion très importante au niveau mondial (Asie), et à l’échelle de chaque pays, du modèle des clusters, correspondant à des systèmes locaux de production scientifique territorialisés.
On a une « Enclosure » au niveau des territoires (ceux qui sont « élus », ceux qui ne le sont pas : les territoires « abandonnés ») et un « Enclosure » à l’intérieur même des territoires, entre les acteurs qui participent à la structuration interne de ces territoires et ceux qui n’y participent pas, qui en sont exclus.


3me niveau : celui de la diffusion de la production scientifique

Souvent le plus apparent dans le rapport science et société.
-  diffusion des connaissances : l’enclosure entre ceux qui y ont accès et ceux qui n’y ont pas accès
-  enclosure au niveau également des territoires affectés par la production scientifique : dans un sens positif (mais qui en profitent, qui n’en profitent pas ; comment s’ordonne cette diffusion ?) dans un sens négatif aussi (Tchernobyl, ce que la science porte comme risques).

Peut-être alors la question centrale qui est posée est celle de l’appropriation ou de la réappropriation citoyenne par la démocratie qui est transverse à ces trois niveaux.

Espaces Marx, 6 av Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19 | T: +33 (0)1 42 17 45 10 | F: +33 (0)1 45 35 92 04 | Mentions légales | Rédaction | Plan du site | Contact Suivre la vie du site RSS 2.0