Accueil > Thématiques > Sciences > "atelier L" "nouveaux concepts nouveaux outils pour la transformation (...) > Le parti pris de la Complexité en Politique.

Quelques outils permettant d’appréhender la complexité dans le domaine de la société.

mercredi 4 juin 2008, par Christian Vermeulin

I – Définition de trajectoire – choix des espaces de représentation

Sur le graphe n° 1 j’ai essayé de représenter la trajectoire (évolution) de la société française depuis le début du 20ème siècle, dans un espace donné. Comme paramètres significatifs j’ai choisi :

l’état des moyens de production (privé ou collectif), les acquis sociaux et le niveau de démocratie. Le choix de cet espace est une stratégie qui risque de privilégier la mise en relief certains aspects ou certains phénomènes au détriment d’autres. Les axes de la démocratie et des acquis sociaux n’ont pas de bornes supérieures sauf pour la facilité de représentation du graphe. Je n’ai pas choisi de privilégier la dimension temps, l’intervention du contingent me semblant trop prégnante, ce qui n’enlève rien à l’importance du temps qui permet au contingent et à l’auto organisation de s’exprimer. D’autres choix étaient certainement possibles qui auraient exposé le système sous des facettes différentes et certainement aussi pertinentes compte tenu de la complexité de la société et de ses interactions.

Il est clair que les critères choisis sont plutôt des métas critères qui, en fait, recouvrent des aspects diversifiés. De même la pondération choisie pour ces critères définissant chaque point du graphe est discutable et leur appréciation est déjà une approche de la dimension complexe du problème. Dans cette représentation, où faire rentrer la science ? L’accroissement des connaissances est-il juxtaposable à une évolution positive des acquis sociaux ou/et de la démocratie ; probablement pas ! Et pourtant les connaissances scientifiques et techniques sont certainement des facteurs qui influent fortement sur les trajectoires possibles de la société.

Enfin, partons sur ces bases qui nous permettent de constater qu’en dehors de la période 39 – 45 la trajectoire évolue dans la région grisée du graphe vers le centre du cube ainsi défini mais que depuis 1983, sa tendance continue est de tendre vers le coin A où, si rien ne se passe, elle ne se figera pas dans un équilibre immuable mais continuera à errer autour des centres de gravité des attracteurs existants.

Christian Vermeulin

pour voir la suite et les figures cliquez sur l’icone

titre documents joints

Espaces Marx, 6 av Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19 | T: +33 (0)1 42 17 45 10 | F: +33 (0)1 45 35 92 04 | Mentions légales | Rédaction | Plan du site | Contact Suivre la vie du site RSS 2.0