Accueil > Activités > Conférence européenne - Bruxelles - 31 mai 2011

La situation en Pologne

dimanche 12 juin 2011

par D. Zalega

I. La situation à la fin de 2010

Déficit du budget national : 7,9 % PIB (2009 : 7,3%)

Dette publique – 55% de PIB (2009 – 50,9%) >> 195 milliards euro, dont la tiers c’est la dette extérieure
mais il y a la différence de comptage de la dette entre la Pologne et UE et en plus de plus des économistes dit que les données sont fausses

Le service de la dette – dans le budget 2011 : presque 10 milliards d’euros (15% plus que dans le budget précédent) >> 5 fois plus que les depenses pour la secteur publique de sante, 3 fois plus que pour l’enseignement supérieur

Dettes privées : les banques - 40 milliards euro, des personnes privées – plus de 120 milliards euro plus la dette sur les crédits hypothèques – 40 milliards euro (en majorité libellée en en francs suisses)

PKB de Pologne a 2010 – 1412 milliards zloty (353 milliards euro)

II. Les origines de la dette

1. La dette héritée de la Pologne populaire

La politique de modernisation bureaucratique et chaotique, mais partiellement réussie dans les années 70. - saut de la dette de 1 milliards dol. à 1970 jusqu’à 24 milliards dol en 1980.

La crise de la dette en ce moment à cause de gestion bureaucratique de l’économie, la baisse de recettes d’export (le charbon) et le début de la crise de dette mondiale (politique américaine financier)

Avril 1980 – la visite de banquiers occidentaux en Pologne qui demande la hausse de prix >> cet été – premiéres grèves contre cette hausse – Révolution de Solidarnosc

La loi martiale en décembre 1981, qui est soutenue par certains milieux financiers occidentaux – quand même le gouvernement militaire est meilleur pour garantir le paiement de la dette sur le dos de la société, mais la Pologne finalement tombe dans le piège de la dette et ne paie pas même des intérêts.

Le début de transformation capitaliste sous le gouvernement „communiste” - en 1986 la Pologne entre au FMI.

Après le changement politique la „prime de transformation” - les Clubs de Paris et de Londres décident d’annuler la moitié de la dette polonaise, mais malgré ça en 1994 – après ces réductions – il y a encore 42 milliards de dol. de la dette

Début de la dette intérieure

2. La baisse des impôts

Les impôts PIT ont baissés pendant 15 années de trois niveaux : 45, 33 et 21% à deux : 32 et 18%.
Seule la dernière baisse des impôts a généré 1,5 milliards d’euros en 2010.

L’impôt de CIT a baissé de 38 à 19%, bien que la majorité des entreprises paie les impôts très bas en montrant les pertes (aussi les filiales des grands Konzern implantés à l’étranger)

Hausse significative de la TVA >> il y a 10 ans les recettes de TVA dans le budget étaient presque au niveau de PIT et CIT ensemble, aujourd’hui il sont 2 fois plus grands

3. La privatisation

80% de la part la plus rentable de l’économie polonaise a été privatisée (par ex. la majorité des banques) et malgré ça la dette a monté. En plus à la base des entreprises privatisées les Konzern étrangères font le transfert de capitaux de Pologne (peut-être même 10 milliards d’euros par année).

4. La privatisation partielle du système de retraite

La réforme introduite par le gouvernement de Jerzy Buzek, actuel président du Parlement Européen. Selon le ministère des Finances elle est responsable du tiers de la dette ! Pour plus d’informations voir >> www.cadtm.org/Pologne-la-domination-des-fonds-de

III. La politique de gouvernement envers de la dette

Selon le plan financement d’État le déficit budgétaire doit tomber de 7,9 à... 0,8% et la dette publique au dessous de 50% (mais malgré ça en somme la dette doit augmenter de 40 milliards d’euros).

Trois raisons :

>> Selon la constitution polonais la dette au niveau plus de 55%PIB demande le budget équilibre, c’est-à-dire les couts radicales dans les dépenses et hausse des impôts.

>> Le gouvernement veux remplir les critères de Maastricht pour introduire euros.

>> La peur de la réaction des marchés financiers quand les besoins financiers de Pologne jusqu’à 2014 sont évalués à 40 milliards d’euros (c’est-à dire quelqu’un doit acheter les obligations). De l’autre côté Standard and Poor’s a menacé que si après les élections parlementaires (en octobre), le gouvernement ne fera pas les „réformes structurelles” des finances publiques, le rating de la Pologne peut être baissé.

Comment le gouvernement veux baisser le déficit et le niveau de la dette :

>> les coûts sociaux – mais déjà c’est difficile

>> la baisse des sommes transférées aux fonds de pensions privés

>> blocage de salaires dans le secteur public jusqu’en 2013

>> continuation des privatisations – mais il y a de moins en moins de choses à privatiser

>> les espoirs liés aux investissements liés à Euro 2012 en Pologne

Espaces Marx, 6 av Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19 | T: +33 (0)1 42 17 45 10 | F: +33 (0)1 45 35 92 04 | Mentions légales | Rédaction | Plan du site | Contact Suivre la vie du site RSS 2.0