Accueil > Thématiques > la culture comme enjeu politique

La culture pour qui ?

mercredi 2 novembre 2011, par Patrick Coulon

Espaces-Marx et le PCF vous invitent à participer à la neuvième rencontre du séminaire
qu’ils organisent conjointement sur le thème : « la culture comme enjeu politique ».

Cette soirée aura pour thème :

La culture pour qui ?

avec Jean-Claude Wallach

Chargé de cours à l’Université Paris 1, Jean-Claude Wallach est l’auteur de La Culture, pour qui ?, un petit livre iconoclaste et controversé qui remet en cause quarante ans de politiques culturelles. Wallach appelle avant tout les acteurs culturels à repenser leurs rapports avec la population.

« Globalement, les politiques publiques de la culture ont eu du mal à atteindre les objectifs qui les ont légitimées. Prenez la démocratisation culturelle. Son véritable enjeu était de changer la structure des publics, de faire en sorte que les gens les plus éloignés de la culture se trouvent concernés. Mais on voit toujours les mêmes dans les salles de spectacle. Les statistiques montrent bien que la diversification ne fonctionne pas. Pour autant, je ne porte pas un jugement de valeur sur ce que les acteurs culturels font individuellement pour que ça change. Transformer la structure sociale des publics n’est pas impossible. Il faut regarder quelle relation chacun entretient avec l’activité culturelle. Puis il faut jouer sur le sens de cette relation pour amener progressivement les individus vers des formes nouvelles, tout en leur permettant de construire leur propre rapport à ces formes. (...) Aujourd’hui certains ont pris conscience de la nécessité de s’adresser différemment au public. Du coup on constate que cela a des effets sur la composition des publics. C’est l’œuvre qui fabrique le public.Je ne pense pas que le ministère de la Culture se soit donné comme objectif l’accomplissement des publics. Il a d’abord et avant tout fonctionné comme un ministère de la création. À cause d’intérêts importants, tout le monde a voulu accréditer l’idée qu’il suffisait d’augmenter l’offre pour qu’elle se démocratise. (…) C’est une question de politique artistique, pas de politique culturelle. Pour reprendre la définition d’un ami : « L’art c’est la chose et la culture c’est la relation à la chose. » C’est le rapport que nous entretenons, à la fois individuellement et collectivement, avec toutes les formes d’expressions symboliques. La politique culturelle concerne la relation à l’œuvre. C’est donc stupide de légitimer la défense des artistes, qui est une responsabilité publique, par le coût de la démocratisation. ( Extraits d’un entretien avec Jérôme Thiébaut (Blog La Griffe) )

le jeudi 3 novembre à 18h30

salle des délégations

6 rue Mathurin Moreau

75019 Paris

Espaces Marx, 6 av Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19 | T: +33 (0)1 42 17 45 10 | F: +33 (0)1 45 35 92 04 | Mentions légales | Rédaction | Plan du site | Contact Suivre la vie du site RSS 2.0