Accueil > Thématiques > Divers

La psychanalyse dans la révolution citoyenne, en France

jeudi 19 avril 2012

Un texte que Bernard Doray met en discussion

La psychanalyse dans la révolution citoyenne, en France

Manifeste

En France, la psychanalyse, science révolutionnaire, a été principalement fondée à droite, et même à l’extrême droite raciste et fascisante. Elle a mis quelques temps à s’en remettre. Ainsi la pensée sur la psychanalyse du communiste Georges Politzer, fut prise en considération dans l’après-guerre et jusque dans la fin des années 1960, mais par la suite elle fut évincée et n’intéressa plus guère que les spécialistes. Dans les années 1970 – 1990 qui marquèrent l’apogée d’une psychiatrie militante souvent d’obédience communiste et qui s’appliqua à nettoyer les écuries d’Augias des asiles psychiatriques, la psychanalyse académique ne joua pratiquement aucun rôle.

Cette situation contraste avec celle de l’Amérique Latine comme en témoignent nos moteurs de recherche. Et c’est là-bas que nous avons trouvé l’énergie pour imaginer une autre pratique de la psychanalyse, moins bourgeoise et individualisante, et plus tournée vers les souffrances sociales et les névroses de la marchandisation.

Nous avons d’abord trouvé cette énergie au Mexique dans la Marche de la couleur de la terre de 2001 qui, au long de 4.000 kilomètres, alla porter la parole indigène jusqu’au centre symbolique de la nation mexicaine. Nous y avons inventé le concept de resymbolisation. Plus tard, au sein de la rébellion zapatiste, nous avons appris l’usage de l’arme de la dignité. Puis, toujours au Chiapas, un concours de circonstances, le croisement d’une commission des droits humains avec un crime d’état dévoilé par notre expertise, entraîna une cascade d’événements secondaires imprévus qui ont entamé pour un temps le système de l’injustice. Alors il apparut que, derrière un acte initial, une quantité d’autres actes invisibles et même inimaginable attendaient leur heure. Et ce fut la problématique du renversement.

Plus prés de chez nous, nous avons accompagné le Journaliste"journaliste, réalisateur de films documentaires, Marcel Trillat, pour un film dans la filature de Hellemmes qui allait s’appeler 300 jours de colère [VLR productions 2002]. Marcel Trillat a partagé pendant dix mois le quotidien de grévistes qui luttaient pour l’obtention d’un réel plan social après la fermeture de leur usine, filiale du groupe Mossley Badin. Seule arme des salariés (en plus de la présence de Antenne 2) : un trésor de guerre de 700 tonnes de fil qu’ils menacent de détruire à la moindre alerte. La lutte fut exemplaire et le film est un grand film sensible et pédagogique qui emmène le spectateur jusqu’en Turquie pour y découvrir en particulier la source miraculeuse où une fausse usine pouvait se transformer en lessiveuse d’argent. Et là, comme dans le cas précédent, il s’en est fallu d’un rien pour que toute cette histoire n’ait jamais existé. Le premier acte, cadenasser l’usine et rassembler le « trésor de guerre » aurait très bien ne pas être pensé ou il aurait pu échouer. Alors cet acte aurait pu végéter dans les rêves des salariés à l’état de spectre politique, comme Marx et Engels engageait le Manifeste du Parti communiste : « un spectre hante L’Europe… »

Toute la question, tant dans la clinique du sujet singulier dont nous ne donnerons pas d’exemple ici, que dans l’acte politique émancipateur, est de passer du spectre volatile à la solidité du symbole. C’est la vitalité des humains qui y conduit. Car non seulement les humains sont doués pour produire des symboles, mais le symbole est la pâte première qui fait d’un homme un humain.

Pour aller au plus fondamental il faut faire un effort de la pensée. Soit l’épopée de l’humain en quelques lignes. Tout est parti d’un avatar dans la nature. Une histoire de posture érigée qui tourne mal car le gros cerveau ne va pas bien avec une torsade dans la mise au monde. Seule une lignée s’en sort en « jetant » prématurément le bébé dans le grand monde, lequel a alors un crâne petit et mou à la naissance. Il grandira plus tard. Nous sommes donc généralement des heureux dénaturés, des bébés joyeusement « jetés » avec l’eau du bain du bassin maternel. Tout vient de là.

Pour résumer, la matrice de l’humain est, au final, principalement culturelle. Chaque individu se construit dans un univers de symboles collectif et singulier. Et lui-même est une matière symbolique présente ou en devenir. Si il en est ainsi, il nous apparaît que le va-et-vient du spectre et du symbole suggéré au tout début du Manifeste communiste de 1847 est un moment essentiel pour les sujets politiques de la révolution citoyenne que nous appelons de nos vœux.
Aujourd’hui, et sans attendre la consigne nous déclarons la création d’une clinique de la resymbolisation dédiée à la révolution citoyenne, et invitons ceux qui souhaitent partager ce projet dans la diversité de leurs intuitions, savoirs et expériences à nous en faire part.

doray.delagarza@wanadoo.fr

Bernard Doray psychiatre, anthropologue clinicien, Concepcion, psychanalyste, anthropologue clinicienne.

Bernard Doray, La pénétration des idées freudiennes dans l’hexagone – une chronologie des origines et des mutations du mouvement psychanalytique français à travers quelques personnages. Recension de : Alain de Mijolla, Freud et la France 1885 – 1945, Puf, publié dans : L’Humanité, mardi 2 mars 2010.

La crise de la psychologie contemporaine de Georges Politzer a été publié par les Éditions du Parti communiste en 1947, soit 5 ans après qu’il ait été fusillé par les Nazis.

En 2007, si l’on faisait « marxisme et psychanalyse » en langue espagnole sur le moteur de recherche Google, on obtenait 270 000 occurrences. Si l’on interrogeait le web francophone, on obtenait 7 030 occurrences. Même en tenant compte du rapport d’échelles, comme on dit, il n’y a pas photo. Bernard Doray, Concepcion Doray, intervention au Congrès Marx international V, 2007.

Bernard Doray, La dignité – les debouts de l’utopie, La dispute, 2006, 389 pages.

Voir en ligne : Bernard Doray psychiatre, anthropologue clinicien, Concepcion, psychanalyste, anthropologue clinicienne.

titre documents joints

Espaces Marx, 6 av Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19 | T: +33 (0)1 42 17 45 10 | F: +33 (0)1 45 35 92 04 | Mentions légales | Rédaction | Plan du site | Contact Suivre la vie du site RSS 2.0