Accueil > OLD > Ateliers, Séminaires > Rencontres philo & Marx Contemporain > Tous les compte-rendus

Françoise Collin : féminisme et politique

jeudi 13 avril 2006, par K. Gantin

Compte-rendu de la rencontre, le 9 mars 2006, avec la philosophe et féministe Françoise Collin.

Le féminisme, parce qu’il est un mouvement social original sans représentation de sa fin, invite le champ politique à se repenser lui-même. Voilà ce que la philosophe Françoise Collin est venue démontrer, avec finesse et passion, à l’auditoire des « Rencontres philosophiques » d’Espaces Marx et de la fondation Gabriel Péri, le 9 mars 2006. Elle a distingué pour ce faire entre les notions de praxis chez Karl Marx et Hannah Arendt. Chez Marx, en effet, la praxis caractérise les activités humaines productrices de vivres et présuppose un modèle de fabrication. Chez Arendt, à l’inverse, elle est une « entrée dans l’acte » sans schéma préétabli : elle nous force donc, individuellement et collectivement, à juger et décider en chaque instant de la suite, dans une double obligation permanente de vigilance et d’inventivité. Le féminisme, qui est un moment de libération et, littéralement, un mouvement, illustre selon Françoise Collin la pertinence de la définition arendtienne. La quasi totale invention de son propre espace de pensée et de combat en quelques décennies a obligé le féminisme en effet à une inventivité méthodique constante. En outre, un horizon inconnu se dessine à mesure des actes par lui posés : car à supposer qu’on sache seulement caractériser le type d’égalité visé, comment pouvoir, en outre, imaginer une société transformée par des rapports entre sexes devenus, effectivement, égalitaires ?

Défini d’abord par son urgence émancipatrice, le féminisme est forcé d’intégrer voire de reconnaître la pertinence de ses divers courants de pensées internes : il contraint les femmes au politique. Et il les achemine ce faisant vers ce « point de liberté inhumain » évoqué par Simone de Beauvoir, à partir duquel seul la création - privilège d’abord masculin - est possible... Il n’est donc pas liberté encore, mais libération, - et en cela, déjà pourtant, peut-être, liberté.

Karine Gantin

P.-S.

Petite bibliographie de Françoise Collin :
- Parcours féministe, Labor, 2005, 15 E (dialogue avec I. Kaufer)
- Les femmes de Platon à Derrida, anthologie critique, 2000, 30 E (avec Evelyne Pisier et Eleni Varikas)
- Le différend des sexes, Plein Feux, 1999, 10E

Espaces Marx, 6 av Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19 | T: +33 (0)1 42 17 45 10 | F: +33 (0)1 45 35 92 04 | Mentions légales | Rédaction | Plan du site | Contact Suivre la vie du site RSS 2.0