Accueil > OLD > Autres Chantiers > Forums sociaux

Articuler le local aux autres niveaux : un enjeu majeur pour les Forums Sociaux

mardi 14 février 2006, par Jean-Guy Dufour

Préliminaire : L’expérience à partir de laquelle est proposée cette contribution

C’est celle du Forum Social à Ivry-sur-Seine [1], initiée durant l’hiver 2004 par des Ivryen-ne-s ayant vécu le déroulement du Forum social européen de 2003 dans leur ville d’Ivry avec un sentiment double :

- un enthousiasme pour la logique « Forum » d’une part, perçu comme un espace libre d’échange où chacun se grandit en se frottant aux différences et où les convergences peuvent déboucher sur des actions plus fortes et innovantes ; un espace où les révoltes et les interrogations peuvent être pensées aux niveaux qui permettent d’entrevoir des perspectives de progrès.

- mais aussi, d’autre part, un effarement devant le constat que 90% de la population ivryenne était passée complètement à côté de l’événement du FSE bien que celui-ci ait eu lieu dans leur commune-même !

D’où une conviction retirée : il faut faire vivre le processus « Forum » localement et de façon pérenne pour que, peu à peu, les gens objectivement concernés puissent s’en emparer. Car qui ouvrira des perspectives réelles de changement ? Certainement pas une « élite alternative » au-dessus des peuples passifs, mais bien les peuples eux-mêmes !

Après deux ans d’expérience, le Forum Social à Ivry, défini sur la base d’un respect strict de la charte de Porto Alegre, est très vivant, animé par une association 1901, « l’Association pour le Forum Social à Ivry », qui a comme membres une trentaine d’associations et syndicats et une vingtaine de personnes à titre individuel.

Sa dernière grande expérience a été une mobilisation locale extraordinaire pour le Forum social mondial polycentré de 2006 à Bamako puis Caracas, organisée autour de l’envoi (avec le soutien obtenu du Conseil général du Val-de-Marne et de la Mairie d’Ivry) d’une délégation de 44 personnes du Val-de-Marne, dont 25 participants au FSI (Un rapport sur cette expérience est téléchargeable sur le site du FSI, à la rubrique « nouvelles du FSI », en date du 03/04/06). Les participants à cette expérience en sont sortis avec leur conviction, renforcée dans l’enthousiasme, que l’articulation du « local » et du « global » dans le processus des Forums était possible et vitale.

Deux questions précises pour ouvrir le débat... et un petit avis

1) L’enjeu d’Athènes

Au sortir du Forum social européen 2006 d’Athènes, qui se déroulera le mois prochain en Grèce, deux cas sont possibles :
-  Nous pourrons donner à nos collègues de travail, aux concitoyens de nos lieux de vie, des raisons nouvelles d’espérer en la possibilité de changer quelque chose au chômage, à la précarité, à la catastrophe écologique programmée... en se serrant les coudes entre peuples d’Europe.
-  Ou bien nous ne pourrons leur donner autre chose que l’impression que le Forum a été un lieu de discours sans doute parfois intéressants mais ne débouchant sur rien de concret, et sans que ses participants majoritairement rendent compte même ensuite aux populations de ce qui s’y est passé.

Dans le premier cas, pas la peine de se poser des questions sur l’avenir du FSE : Il est assuré !
Dans le deuxième, pas la peine non plus : Je ne parierai pas un cent sur sa capacité à ouvrir des perspectives !

Un peu rude ? Franchement, je ne le pense pas.

Et malheureusement, j’ai des raisons d’être très inquiet quand je pense à certains des acteurs majeurs des FSE. Y a-t-il beaucoup de collectifs de base ou de sections syndicales de ces organisations qui se préoccupent vraiment du FSE ou des Forums mondiaux et qui, a fortiori, engagent un débat avec les salariés ou les habitants autour de ce qui s’y est dit ? J’avoue ne pas en connaître... Mais, bien sûr, je serais heureux qu’on me détrompe !

Je serai plus précis : notre désir est que, au sortir du FSE, un grand nombre des réseaux et mouvements qui y ont participé fassent connaître leur engagement précis à mobiliser ensemble leurs collectifs de base dans toute l’Europe pour animer dans les entreprises et dans les communes le débat sur « Quelle Europe nous voulons ? » et qu’ils disent comment ils comptent s’y prendre... ou non.

Voilà le véritable enjeu du FSE d’Athènes. Et dans une hypothèse optimiste, il sera plus qu’utile que l’animation des débats ne soit pas faite par de simples cartels d’organisations mais dans le cadre d’évènements « Forums sociaux locaux », si on veut que la population et les jeunes, en particulier, y participent.

2) Le financement des Forums sociaux continentaux et mondiaux

Les organisateurs de Bamako nous ont dit combien la question était dramatique et les perspectives pour Nairobi inquiétantes...

La dépendance du Forum de Caracas, et même celui de Bamako, par rapport au financement du gouvernement vénézuélien n’a pas été sans poser des problèmes.
La ligne rouge a été frôlée à Bamako quand on a vu les organisateurs du Forum prendre leurs distances (euphémisme !) par rapport à la lutte des mineurs d’or de Morila parce que le soutien du gouvernement malien au Forum était vital pour celui-ci et que les mineurs luttaient aussi contre ce même gouvernement...

Ce sont là quelques clignotants rouges qui s’allument et qui montrent que cette question du financement est devenue une question politique majeure pour les forums.

J’ai entendu évoquer bien des solutions, toutes bancales et insatisfaisantes du point de vue même de ceux qui les émettaient.

Mais mon étonnement est grand de ne jamais en avoir entendu évoquer une qui pourtant coule de source et qui est aussi simple que l’œuf de Christophe Colomb : mobiliser les collectifs de base des organisations participantes pour collecter les fonds nécessaires auprès des collectivités locales et des populations... !

Et je suis bien placé pour affirmer que c’est parfaitement possible puisque, dans le Val-de-Marne, nous venons de réunir 18000 euros de subventions et autant de participation solidaire pour le forum social mondial 2006. Nous les avons utilisés entièrement pour notre participation, mais nous aurions très bien pu en affecter la moitié au financement général du Forum ! Admettons que 500 collectifs locaux aient fait cela dans le monde... Ce n’est rien du tout, et pourtant, 4 à 5 millions d’euros au total ainsi collectés, ce n’est pas rien dans le budget d’un Forum social mondial ! Et la dépendance vis-à-vis des financeurs est alors nulle : comment une collectivité locale, quelque part dans le monde, pourrait-elle exercer quelque contrainte que ce soit sur un forum social mondial ?

Seule condition pour que cette solution "toute bête" soit applicable : que les Forums deviennent vraiment l’affaire de celles et ceux qui s’agitent sur le terrain.

3) Mais, si c’est si évident, pourquoi en est-on là ?

À mon avis pour une raison bien simple.

Les Forums sociaux sont une création de haut en bas, inventés par quelques personnes puis, sur la base d’un premier succès, développés par les dirigeants d’organisations de plus en plus nombreuses. Et c’est normal et ça été formidable ! Je ressens personnellement une immense gratitude et éprouve une admiration sincère vis-à-vis de toutes ces pionnières et pionniers.

Mais, en Europe, au moins, (il me semble qu’ailleurs, le problème, tout en existant, se pose dans des termes bien différents), de vieilles habitudes arrêtent cette dynamique « de haut en bas » au niveau des seuls dirigeants nationaux... Pas seulement du fait de ces derniers, mais parce qu’il y a aussi une vieille tradition bien commode et bien ancrée, à la base, de se reposer sur les dirigeants, même si on leur casse du sucre sur le dos par ailleurs.

Il me semble que, pour avancer, il faut un effort convergent des dirigeants et des activistes de la base. La diffusion du débat autour de l’importance de cette question de l’articulation du local et des autres niveaux devrait pouvoir y aider.

C’est pourquoi, j’espère qu’au FSE d’Athènes, l’espace des Forums sociaux locaux sera animé et que la question pourra être notée comme une des questions majeures en débat.

Jean-Guy Dufour - Association pour le Forum Social à Ivry - avril 2006

Notes

[1FSI - www.fsivry.free.fr.

Espaces Marx, 6 av Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19 | T: +33 (0)1 42 17 45 10 | F: +33 (0)1 45 35 92 04 | Mentions légales | Rédaction | Plan du site | Contact Suivre la vie du site RSS 2.0