Accueil > Thématiques > Alternatives, émancipations, communisme > Toutes les contributions

Fin de la lutte des classes ?

samedi 22 avril 2006, par Immanuel Wallerstein

Une série de textes publiée dans le quotidien L’Humanité le 25 mars 2006 durant le 33e Congrès du PCF au Bourget et portant sur l’analyse du communisme en lien aux débats du temps présent, nous a paru relever directement des problématiques que nous souhaitons soulever dans le chantier "Alternatives, émancipations, communisme"... Voici d’Immanuel Wallerstein.

L’existence de classes d’intérêts différents et antagonistes, idée qui était déjà dans l’air du temps en Europe, de 1750 à 1850, a acquis une grande notoriété dans le Manifeste du parti communiste. Deux objections principales ont été opposées à ce concept. La première est morale et donc politique. Elle s’exprime ainsi : « Oui, il existe ici et là des conflits de classes, mais ils ne sont ni inévitables ni désirables. » Ceci revient à dire que la lutte des classes est simplement un choix et que, de ce fait, son caractère moral et rationnel peut être discuté. Ceux qui développent (pas seulement à droite) cet argument prêchent en fait la négociation, la réconciliation et la collaboration. Marx n’a pas appelé les travailleurs (ni personne d’autre) à lancer la lutte de classes ; il a observé qu’ils en menaient une, souvent sans être pleinement conscients. Son argumentation est fondée sur deux prémisses largement admises. D’une part, le fait que les gens cherchent à améliorer leurs conditions matérielles et donc luttent contre ceux qui profitent de leurs difficultés. D’autre part, le constat que dans des situations similaires, les gens ont tendance à agir de manière parallèle, de sorte que nous pouvons parler de réactions de groupe (ici, de classe), quoique aucun groupe ne soit totalement homogène ou monolithique. Si on refuse d’analyser les actions des groupes sociaux, il devient impossible d’expliquer la réalité sociale. D’ailleurs, de nombreuses confrontations présentées comme nationales, ethniques ou de genre, et tout aussi importantes, relèvent in fine d’un combat de classes. Marx permet d’imaginer une autre forme d’ordre social. On lui a reproché de n’avoir pas exposé complètement ses utopies. C’est à nous de le faire.

Immanuel Wallerstein, sociologue (propos recueillis par Michel Muller)

Espaces Marx, 6 av Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19 | T: +33 (0)1 42 17 45 10 | F: +33 (0)1 45 35 92 04 | Mentions légales | Rédaction | Plan du site | Contact Suivre la vie du site RSS 2.0