Accueil > Thématiques > De quoi demain sera t il fait ?

Présentation du séminaire

mercredi 23 octobre 2013, par Patrick Coulon

Présentation proposition de séminaire « De quoi demain sera-t-il fait ? »

Fondation Gabriel Péri/Espaces Marx

Comme en résonance avec les rythmes qu’instaure le capitalisme financiarisé et globalisé, nous sommes sommés de nous en tenir au présent dont il faudrait « jouir sans entrave ». L’à venir ne peut-être qu’une perpétuation du présent contre toute utopie illusoire. Pas d’autres possibles. Pas d’avenir pour le futur.

Mais cette assignation à l’immédiat ne masque-t-elle pas une interdiction à penser l’avenir comme une altérité radicale au présent actuel ? Ne constitue-t-elle pas une entrave à tout engagement pour une transformation sociale ?

Déjà Marx nous invitait à nourrir les révolutions du présent par la poésie de l’avenir : « La révolution sociale du XIXe siècle ne peut pas tirer sa poésie du passé, mais seulement de l’avenir. (…) La révolution du XIXe siècle doit laisser les morts enterrer leurs morts pour réaliser son propre objet. Autrefois, la phraséologie dépassait le contenu, maintenant c’est le contenu qui déborde la phraséologie. » (Le dix-huit Brumaire, Karl Marx)

Les anticipations marxiennes qui prennent pour perspective le « libre développement humain », constituées à partir d’une extrapolation de tendances et de possibles contradictoires repérés à l’intérieur même du mouvement du capitalisme, ont joué le rôle d’une utopie concrète. Et aujourd’hui, n’est-ce pas ce « libre développement » qui doit être à l’ordre du jour pour assurer un devenir émancipé de nos sociétés ?

Jacques Derrida évoquait quant à lui une « messianicité sans messianisme » comme immanente à l’expérience et nécessaire à l’action humaine. Voici ce qu’il écrivait à ce propos : « La messianicité (que je tiens pour une structure universelle de l’expérience et qui ne se réduit à aucun messianisme religieux) est tout sauf utopique : elle est, dans tout ici maintenant, la référence à la venue de l’évènement le plus concret et le plus réel, c’est-à-dire à l’altérité la plus irréductiblement hétérogène. Rien n’est plus « réaliste » et plus « immédiat » que cette appréhension messianique tendue vers l’évènement de (ce) qui vient. (…) cette exposition à l’évènement qui peut arriver ou ne pas arriver (condition de l’altérité absolue) est inséparable d’une promesse et d’une injonction qui commandent de s’engager sans attendre, interdisent en vérité de s’en abstenir. » (Marx and Sons, Jacques Derrida)

C’est dans cet esprit que nous proposons de construire un nouveau séminaire dont l’axe s’énonce ainsi : « De quoi demain sera-t-il fait ? ».

Avec ce séminaire, nous voulons ouvrir des pistes de réflexion et de dialogue sur cette interrogation, nous voulons apporter notre contribution au travail d’élaboration d’un nouvel imaginaire social propre à révolutionner la conscience du devenir humain. Deux pistes seront plus particulièrement explorées : l’articulation entre utopie concrète et pensée de la transformation sociale qui ouvre sur de nouvelles conceptions des sociétés humaines, celle de l’existence d’alternatives concrètes dans les expériences et les mouvements actuels.

Pour ce faire, nous voulons soumettre cette interrogation « De quoi demain sera-t-il fait ? » à la réflexion et à l’imagination d’intervenant(e)s auxquelles nous proposerons d’exprimer leur point de vue et d’animer des échanges avec toutes celles et de tous ceux qui veulent participer à ce chantier titanesque de la construction d’une nouvelle espérance, moteur d’un engagement présent.

Les intervenant(e)s d’ores et déjà annoncé(e)s : Jean-Paul Jouary :14 novembre 2013 (Le présent de l’espérance) ; Michèle Riot-Sarcey  : 3 décembre 2013 ; Yvon Quiniou :12 décembre 2013 ; Bernard Stiegler : 21 janvier 2014 ; Michaël Löwy  : 3 février 2014 (L’écosocialisme) ; Philippe Corcuff  : 23 janvier 2014 ("Repenser l’utopie aujourd’hui : émancipation individuelle et émancipation collective"). Marie-José Mondzain en mars 2014.

En pièce jointe version longue de la présentation du séminaire par Guy Carassus et Patrick Coulon

titre documents joints

Espaces Marx, 6 av Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19 | T: +33 (0)1 42 17 45 10 | F: +33 (0)1 45 35 92 04 | Mentions légales | Rédaction | Plan du site | Contact Suivre la vie du site RSS 2.0